CAILabs, une start-up française financée en partie par Xavier Niel, propose de multiplier par 400 le débit des réseaux fibre

CAILabs, une start-up française financée en partie par Xavier Niel, propose de multiplier par 400 le débit des réseaux fibre
 
CAILabs est une entreprise rennaise fondée en 2013, spécialisée dans les technologies autour de la lumière, qui risque de faire parler d’elle dans les années à venir. Elle s’est déjà distinguée l’année dernière après avoir réussi la performance d’atteindre un débit de 2 petabits/seconde (soit l’équivalent d’un transit de 250 disques durs d’un téraoctet par seconde) pour un opérateur japonais, KDDI. La technologie découverte par CAILabs permet de multiplier par 400 le débit des réseaux fibre optique et est jugée très prometteuse :
 
« A la suite d’une première levée de fonds de 1,10 million d’euros en novembre 2013 auprès d’innovacom, de Kima Ventures (le fonds d’investissement de Xavier Niel) et de business angels, nous nous sommes entourés d’administrateurs de poids » avoue Jean-François Morizur, président de la start-up, au journal La Tribune.
 
Ce surdoué, ayant commencé son doctorat de mécanique quantique à l’âge de 21 ans, compte bien s’attaquer aux opérateurs télécoms et proposer sa technologie partout dans le monde : « Notre perspective est d’attaquer rapidement l’international et notamment les Etats-Unis. Notre deuxième marché concerne les data-centers et les opérateurs télécoms ».
 
L’entreprise propose d’ailleurs son boîtier Aroona, pour les réseaux locaux, pouvant faire monter le débit d’une institution ou d’une entreprise jusqu’à 40 Gbits/seconde, alors que le débit en fibre optique pour les réseaux professionnels est souvent limité à 100 Mbits/seconde.