La Russie condamne Google pour abus de position dominante

Si la Commission européenne est toujours en procédure contre Google, accusé de concurrence déloyale, la Russie a tranché hier sur la même problématique.
L’Obs explique que la cour commerciale d’appel de Moscou a en effet validé la décision, datant de septembre 2015, du service fédéral antimonopole. Elle condamnait le groupe américain pour la préinstallation de ses applications dans Android, qui force les fabricants à les intégrer d’office dans leurs appareils mobiles, et de placer leurs icônes sur la page d’accueil. La cour d’arbitrage a donc déclaré : « Les actions de Google ont entraîné l’interdiction de la préinstallation d’applications d’autres producteurs. » A la base de la procédure, une plainte de Yandex, le concurrent russe de la firme américaine, déposée en février 2015.

ITspresso précise que Google n’a plus qu’un seul recours, la Cour Suprême. Si celle-ci valide le jugement de la cour commerciale d’appel, le groupe d’outre-Atlantique aura l’obligation de revoir son contrat avec ses partenaires constructeurs. S’il refuse, il devra payer des pénalités financières qui pourront s’élever jusqu’à 15% de ses parts du marché sur le territoire russe.