Le président de SFR affirme qu’il y a « une amélioration visible sur la qualité de la voix et sur la data » de son réseau mobile

Le président de SFR affirme qu’il y a « une amélioration visible sur la qualité de la voix et sur la data » de son réseau mobile

 
Dans le cadre du déploiement de sa fibre au pied de l’immeuble (FTTLA) à Marseille, le PDG de SFR s’est exprimé, vendredi, sur le site La Provence, concernant la situation actuelle de l’opérateur sur le marché des télécoms.
 
Concernant, la qualité de son réseau, très souvent remis en cause, le président de la marque au carré rouge affirme que des progrès ont été réalisés :
 
« Lors de la période du changement d’actionnaire, SFR, qui était numéro 1 à l’époque, a un peu moins investi alors que les réseaux au même moment évoluaient, avec le passage de la 3G à la 4G. On a donc remis en place les process d’investissements nécessaires. Au 4e trimestre, l’ANFR (Agence nationale des fréquences) a annoncé que SFR est celui qui a construit le plus de sites radio à fin 2015 ; plus de 1 000. C’est aussi le cas à fin février. Il y a aussi beaucoup de travail de réglage des réseaux. On a très clairement une amélioration visible sur la qualité de la voix et sur la data aujourd’hui. Nous sommes désormais dans une phase où il faut redonner confiance au client. »
 
Concernant l’endettement du groupe Altice, faisant partie de la stratégie d’investissement de Patrick Drahi, Michel Combes assure que le niveau d’endettement du groupe n’a rien d’excessif :
 
« L’endettement du groupe est tout à fait similaire à celui des autres entreprises du secteur. C’est une industrie qui a un endettement en volume élevé. À la fin du troisième trimestre 2015, le ratio d’endettement (Dette Nette / EBITDA) était de 2,9 fois alors que celui de l’ensemble de nos pairs est situé entre deux et trois fois. Pour investir, il faut avoir les bons process et des prestataires, c’est pourquoi on a dû attendre pour investir. »