C’est bien l’Autorité de la concurrence française qui devrait examiner le dossier Orange-Bouygues, ce qui pourrait faciliter le rachat

C’est bien l’Autorité de la concurrence française qui devrait examiner le dossier Orange-Bouygues, ce qui pourrait faciliter le rachat

 
 
Cela avait déjà été évoqué, mais l’agence Reuters confirme aujourd’hui que « l’éventuel rapprochement dans entre Orange et Bouygues Telecom sera examiné par l’Autorité française de la concurrence » Le choix de l’autorité qui gérera ce dossier est fonction du chiffre d’affaires que les protagonistes réalisent en France et à l’étranger. Pour Bouygues Télécom, il n’y a pas d’interrogation, mais c’était plus incertain pour Orange. Cependant l’opérateur historique vient de se désengager du marché britannique et l’annonce vendredi prochain « du feu vert du régulateur britannique à la vente de la participation d’Orange dans l’opérateur local EE a levé les dernières interrogations » explique Reuters.
 
Un examen à Paris augmenterait les chances de voir l’Autorité de la concurrence donner son feu vert, selon plusieurs analystes, avocats et banquiers, cités par Reuters. Mais Bruno Lasserre, le Président du gendarme français de la concurrence, dément cette idée. Il a indiqué mardi lors des vœux de l’ARCEP que "s’il y a un accord, il fera nécessairement l’objet d’un examen approfondi". Et d’expliquer que « dans le cas d’un éventuel mariage entre Orange et Bouygues, l’un des principaux enjeux consistera à s’assurer que la concurrence reste vive sur le marché des télécoms et à ce que Free en particulier continue à jouer le rôle de "maverick" rapporte Reuters, qui précise également que « selon plusieurs sources, des contacts informels ont déjà été pris avec l’Autorité pour s’assurer qu’elle ne bloquerait pas d’emblée le projet »