BFMTV dénonce le passage en gratuit de LCI et sous entend qu’il y aura des licenciements

BFMTV dénonce le passage en gratuit de LCI et sous entend qu’il y aura des licenciements

Le CSA a annoncé en début de soirée qu’elle autorisait le passage de LCI en gratuit sur la TNT. Une décision contre laquelle se sont battus depuis le début NextRadio TV (BFMTV) et Canal+ (itélé).
 
NextRadio TV a réagi aussitôt en annonçant qu’il « dénonçait la décision du CSA d’autoriser le passage de la chaîne LCI du groupe TF1 sur la TNT gratuite ». Le groupe media, en cours de rachat par Altice, considère que le « CSA est allé à l’encontre de sa mission de régulation du secteur. En effet, pour la première fois depuis la CNCL, le régulateur, en cédant aux nombreuses pressions extérieures, a choisi de renforcer un acteur historique dominant au détriment d’un nouvel entrant et de l’intérêt pour le téléspectateur »
 
Et d’expliquer que cette décision "en déstabilisant profondément les deux chaînes d’information gratuites existantes, notamment BFMTV, et en renforçant le groupe TF1 qui domine déjà le secteur de l’information télévisée, ne favorise pas le pluralisme. A rebours des objectifs poursuivis par la loi du 30 septembre 1986, elle ne permet donc pas de contribuer à la nécessaire diversité des opérateurs et à la sauvegarde du pluralisme de l’information »
 
NextRadio TV indique qu’il va examiner les voies de droit qu’il va engager devant les juridictions compétentes. Le groupe assure qu’il est, par ailleurs, « contraint d’anticiper les conséquences de la décision du CSA et présentera, dès le début de l’année, aux Représentants du Personnel, les mesures qui vont s’imposer tant en terme d’organisation que d’emplois ».