Comme c’est le cas actuellement chez Free, la fin du roaming en Europe comportera certaines limitations

Comme c’est le cas actuellement chez Free, la fin du roaming en Europe comportera certaines limitations
 
Hier, les eurodéputés votaient la fin des frais de roaming en Europe pour 2017. Toutefois, ils n’ont pas voté la possibilité pour chaque européen de souscrire un forfait dans un autre pays pour l’utiliser chez soi toute l’année. Ainsi que l’explique le texte voté par le parlement européen « afin de protéger le secteur contre des abus tels que "l’itinérance permanente", les opérateurs pourraient, dans certaines circonstances, être autorisés à demander une légère redevance, moins élevée que les plafonds actuels, en vertu d’une politique "d’utilisation équitable" »
 
D’autre part, si les opérateurs sont capables de prouver qu’ils ne peuvent pas recouvrer leurs coûts et que cela affecte les prix nationaux, les autorités nationales de réglementation peuvent les autoriser à imposer des surtaxes minimales dans des circonstances exceptionnelles, afin de recouvrer ces coûts. Les députés ont veillé à ce que les autorités nationales de réglementation aient les moyens d’amender ou de rejeter les suppléments.
 
Au final, le roaming ne sera pas inclus de façon illimitée dans tous les forfaits européens. Comme chez Free, qui limite l’utilisation du roaming à 35 jours par pays et par an, il y aura donc restrictions mises en place afin d’éviter les abus. Pour le moment il n’est pas indiqué précisément comment cela se traduira dans les faits, le Parlement Européen précisant simplement que « les détails exacts seront définis par la Commission européenne et les réglementateurs en matière de télécommunications. »