La colère monte chez les salariés de Virgin Mobile après la découverte du « pactole » de 9 Millions d’euros pour les dirigeants

 
La colère monte chez les salariés de Virgin Mobile France depuis maintenant deux semaines et la découverte du « pactole » de près de 10 Millions d’euros empoché par les dirigeants lors du rachat de la société par le groupe SFR-Numéricâble. « Condamnés à disparaitre, méprisés par notre direction, nous avons aujourd’hui décidé de rendre public la lettre envoyée à notre direction et ancien PDG Geoffroy Roux de Bézieux, actuel Vice-président du MEDEF ». Une lettre signée par l’ensemble des salariés solidaires d’Omea Telecom / Virgin Mobile.
 
« Voici maintenant plus de 6 mois que l’entreprise, dont vous étiez le fondateur et actionnaire, a été revendue au Groupe NUMERICABLE-SFR dirigé par Patrick Drahi. Cette aventure de presque 10 ans, s’est terminée comme bien d’autres, par une revente des capitaux à un groupe tiers, sans doute (sur le papier) la meilleure solution possible dans ce marché de télécoms tendu. Cession classique ? En réalité, avec ces 6 mois de reculs, voici ce qui nous parait être, un énorme gâchis ! » commence cette lettre 
 
Les salariés expliquent qu’ils avaient une « confiance absolue pour réussir le pari d’être le trublion de la téléphonie mobile » mais « cette confiance a été trahie et définitivement perdue lorsque l’audit annuel des comptes de la société a été rendu public. Au détour d’une ligne comptable de 3.3 millions d’euros, a été révélée l’existence d’un bonus exceptionnel de 9 millions d’€ réservé à 9 privilégiés. (7 dirigeants du Comex et 2 salariés ayant travaillé – comme tant d’autres – sur la vente) ». Cela représente près de 2 fois la masse salariale annuelle de l’entreprise.
 
Pour les salariés, mêmes si ces bonus sont légaux, « tout ceci est une question de morale, ou plutôt d’une absence de morale, à mettre en opposition avec ce qui était les valeurs diffusées sous votre présidence chez Virgin Mobile ». Et d’estimer qu’il « serait moral d’utiliser cette provision au bénéfice des 140 salariés Virgin Mobile […] Des salariés qui se sont investis et qui sont restés mobilisés pour faire croître l’entreprise, malgré les années de vaches maigres en termes de politique salariale (augmentations de salaire proche du néant et suppression d’intéressements prévus) »
 
Par ailleurs, les salariés indiquent dans leur lettre que « pour couronner le tout, force est de constater que les dirigeants d’Omea Telecom ont tous réussi leur propre mobilité au sein du Groupe NUMERICABLE-SFR. Il semble que ce ne soit pas le cas de leurs équipes qui se retrouvent de plus en plus isolées (chez ce qu’il reste de Virgin Mobile), avec pour certains, des refus et blocages de mobilité… »
 
Et de conclure en s’adressant à Geoffroy Roux de Bézieux : « Était-ce vraiment ce que vous souhaitiez léguer lorsque vous avez cédé l’entreprise ? »