Les revenus des opérateurs en baisse de 3,4% en 2014

Les revenus des opérateurs en baisse de 3,4% en 2014

Outres les informations concernant l’indice des prix des services fixes et mobiles grand public pour l’année 2014, les numéros portées (portabilité), l’ARCEP a également publié les revenus des opérateurs sur le marché de détail des services de communications électronique en 2014.

A l’image des prix des services fixes et mobiles, les revenus des opérateurs ont diminué en 2014. Ils s’élèvent à 36,8 milliards d’euros hors taxes en retrait de 3,4% par rapport à 2013. Le recul est cependant bien moindre qu’en 2013 (-7,3%), et surtout son rythme a nettement ralenti tout au long de l’année 2014.

Le revenu des seuls services de communications électroniques (hors terminaux et équipements, annuaires, etc.) représente 33,7 milliards d’euros, en baisse de 3,9 % en un an après une baisse de 7,8% en 2013.

Le revenu des services sur les réseaux fixes (14,8 milliards d’euros hors taxes) enregistre également une baisse de 1,4% en un an, inférieure à celles constatées les trois précédentes années (entre -2,4% et -3,2%), et ce, en raison d’une baisse moins importante du revenu des services fixes en bas débit.

Mais le ralentissement du rythme de baisse se constate surtout sur le marché mobile. En effet, la baisse des tarifs pratiqués dès 2012 par les opérateurs a accentué jusqu’en 2013 (-14,0%), le recul du revenu des services mobiles entamé en 2011 (- 2,6 % en un an). En 2014, avec un revenu de 14,0 milliards d’euros hors taxes, ce recul est moins prononcé (-7,0% en un an), en partie en raison d’une moindre baisse des prix des mobiles sur le marché grand public (-10,0% en 2014 contre -26,3% en 2013), mais aussi de l’accroissement du nombre de souscriptions aux services mobiles et d’une consommation accrue tant pour les appels téléphoniques que pour les connexions internet par les réseaux mobiles.

Les revenus des opérateurs pour les services hors communications électroniques sont en croissance de 2,6% en un an, soutenus notamment par la progression du revenu de la vente et la location de terminaux (2,6 milliards d’euros en 2014, en progression de 5,4% par rapport à celui de l’année 2013).