La cession de Numero 23 fait grincer des dents le gouvernement


On le sait depuis une dizaine de jours maintenant, NextRadio TV va se payer la chaîne de TNT Numero 23. Le groupe, qui détient entre autres RMC et BFM, serait sur le point de racheter les 70 % détenus par Pascal Houzelot. Ce dernier resterait alors président de la chaîne, entrerait au conseil d’administration de NextRadio TV ; pour une transaction de près de 90 millions d’euros, dont 50 en cash.

L’affaire fait grincer des dents. La chaîne ayant été attribuée gratuitement par l’Etat il y a 3 ans, le milieu médiatique s’indigne. Pascal Houzelot n’est pas le premier, Claude Berda avait déjà raflé près de 192 millions d’euros pour la vente de TMC et NT1, de même pour Vincent Bolloré avec D8 et D17. Pour éviter ce genre de dérapages, une loi avait été mise en place en 2013, stipulant un délai minimum de deux ans et demi avant de pouvoir revendre une fréquence ; plus une taxe de 5 % sur la plus-value.

Les réactions se font nombreuses et fleuries : « il est inadmissible que des gens puissent se faire autant d’argent sur un bien public » signale le député PS Marcel Rogemont. Le député UMP Christian Kert propose de faire passer le temps d’attente avant la revente d’une fréquence de 2 à 5 ans. « Revendre ses parts juste après la date limite légale, et ceci dans un contexte de fragilité des finances publiques, ne peux que susciter l’indignation ».

L’intéressé se défend d’agir par intérêt : « C’est plus une fusion qu’une vente », explique-t-il. « Si j’avais voulu faire de la spéculation, j’aurais attendu un an de plus et revendu beaucoup plus cher ».

 

Source : Le Parisien