“Il y aura deux grands consolidateurs en Europe : Deutsche Telekom et Orange”

“Il y aura deux grands consolidateurs en Europe : Deutsche Telekom et Orange”
 
Interrogé dans les éditions Le Soir, le directeur financier de Belgacom sur le point de partir à la retraite, livre une ultime analyse du secteur des télécoms. 
 
Sur le marché belge, alors que l’opérateur Base est en vente et attire les convoitises, Ray Stewart estime que Belgacom, opérateur historique détenu en parti par l’Etat Belge, est "capable de concurrencer Telenet Base ou Mobistar alors qu’ils appartiennent à des groupes internationaux."
 
En revanche, pour lui, la taille de Belgacom ne nui permettra pas de "jouer le rôle d’un consolidateur européen", bien que l’opérateur belge dispose d’un bilan qui lui permettrait se se mêler à la course aux acquisitions.
 
Il estime ainsi que si consolidation il y a, "il y aura deux grands consolidateurs en Europe : Deutsche Télécom et Orange."
 
Il envisage néanmoins "une alternative" : pour lui, il est possible "que les plus petits joueurs" décident "de s’unir plutôt que d’être rachetés".
 
Si ces plans sont pour le long terme, s’inscrivant néanmoins dans la tendance actuelle de réduction du nombre d’opérateurs en Europe, pour Ray Stewart, la consolidation des télécoms n’est pas inéluctable. Pour lui, elle n’aura lieu "que si les rachats génèrent des synergies et créent de la valeur." La consolidation dans les télécoms ne se résume donc pas dans le paradigme manger ou être mangé.