Mark Zuckerberg se fait mécène d’internet pour les pays émergents

Mark Zuckerberg se fait mécène d’internet pour les pays émergents

Mark Zuckerberg se fait mécène de l’internet. Avec son Internet.org, visant à connecter « l’autre moitié de la population qui n’a pas accès à internet », le fondateur de Facebook rêve d’un monde où tous y ont accès. Et à Facebook par la même occasion.

Selon les mots du jeune businessman lundi soir au Mobile World Congress, Facebook est un point d’entrée à internet, et donc peut potentiellement séduire encore beaucoup de personnes n’y ayant pas accès, voire n’ayant pas accès à internet tout court pour de nombreux pays. « Facebook pousse l’usage de la data, en particulier dans les pays émergents. Les gens veulent d’abord pouvoir appeler, envoyer des messages, rester en contact avec leurs amis, leur famille. C’est pourquoi sont faits les réseaux sociaux. Ils veulent utiliser ces services et au bout d’un certain temps ils vont payer pour de la data », a indiqué le jeune milliardaire.

Sauf que « envoyer des messages, rester en contact avec leurs amis », ça sonne moins réseau social qu’opérateur mobile non ? D’autant plus que le garçon réclame un accès illimité et gratuit à son service dans certains pays.

On comprend mieux les appréhensions des opérateurs mobiles. Surtout vu le succès des opérations Zuckerberg. Selon Millicom, opérateur d’Amérique Latine, le nombre de nouveaux utilisateurs d’internet aurait augmenté de 50 % en Colombie, et multiplié par 10 en Tanzanie.

Alors, quand Jon Fredrik, PDG de Telenor mit en évidence ce « point de friction » entre les ambitions de Mark Zuckerberg, et celles des opérateurs, le jeune développeur a tout de suite mis les choses au clair : « Les services offerts ont été choisis avec nos partenaires opérateurs. WhatsApp ne fait pas partie d’Internet.org. Nous voulons un modèle rentable » a-t-il expliqué, avant de se montrer plus rassurant en vantant le rôle des opérateurs : « le vrai travail pour connecter les gens, ce sont les opérateurs qui le font, et ils font un super boulot, ils investissent des dizaines de milliards par an ».

Il semblerait que la messe eut été rassurante, au moins assez pour les opérateurs. Le patron d’Airtel Africa admet du changement dans la manière de faire de Mark Zuckerberg : « Facebook fait plus attention à ce que veulent les opérateurs […] il ne demande plus le tarif zero », dit-il avant d’ironiser : « Derrière le discours humain, il n’oublie pas le commerce […] il dit aux opérateurs : il faut donner aux pauvres l’accès gratuit à internet et après ils vont payer un forfait data et cela va augmenter l’ARPU ».
 

Source : La Tribune