La CFE-CGC tire à boulet rouge sur la nouvelle stratégie des dirigeants de SFR-Numericable

La CFE-CGC tire à boulet rouge sur la nouvelle stratégie des dirigeants de SFR-Numericable

C’est a travers une lettre ouverte à destination de Patrick Drahi et Eric Dénoyer, président et directeur général de la nouvelle entité SFR-Numericable, que le syndicat CFE-CGC tire à boulet rouge sur sa direction et la nouvelle stratégie de l’opérateur.

Le syndicat reconnait qu’il est normal que "les premières semaines" soient "difficiles" et réaffirme que "les salariés ne sont pas contre le changement à condition qu’ils le comprennent."
 
Le syndicat ne remet pas en cause le rachat de SFR par Numericable, ayant "bien voulu croire en votre projet industriel",

 
En revanche, il tire d’ores et déjà la sonnette d’alarme et interpelle la direction sur de nombreux choix de la direction : "pouvions nous imaginer la soudaineté de plusieurs décisions aberrantes auxquelles nous avons assisté depuis fin novembre ?" […] Pourquoi fragiliser notre entreprise par des actions mal préparées voire inappropriées ?"
 
La CFE-CGC se met à lister les "huit alertes" qui ont conduit le syndicat à manifester son mécontentement. 
 
On y retrouve entre autre : 
  • "La non-volonté de garder une partie des managers SFR" privant la nouvelle entité de l’émergence d’une "culture commune" et déstabilisant tout le management interne de SFR.
  • La méthode de travail des nouveaux managers qui "dictent leurs lois et mettent à l’écart les managers restants" de SFR Pour le syndicat "des décisions sont prises sans analyse de risque préalable avec des salariés SFR compétents" et aboutissent à des "rétropédalages."
  • La baisse de prix demandée à l’ensemble des fournisseurs de SFR. "Cette décision a des limites que l’on paiera tôt ou tard".
  • Des objectifs "inatteignables" pour les commerciaux de SFR BT avec un "portefeuille réduit de clients et davantage d’objectifs".
 
La CFE-CGC met également en cause des décisions qui risquent de faire perdre "plusieurs milliers de clients" comme l’augmentation d’un euro sur l’offre box. Les clients "sont-ils réellement le coeur de vos préoccupations ?"
 
Pour le syndicat, les salariés ne sont pas assez impliqués "à la réussite du projet. Nous savons tous qu’un LBO a pour principal objectif de faire la fortune des dirigeants." Pour lui le risque d’une dégradation des conditions de travail conduira nécessairement à des mouvement de colères de ses salariés.
 
La CFE-CGC estime ainsi que "en tenant compte de nos alertes […], il est nécessaire de donner des perspectives d’évolutions, de croissance et d’investissements." Pour le syndicat, " les économies seules ne suffiront pas."
 
Cette lettre ouverte a également été envoyée en copie à tous les salariés de l’opérateur.
 
Source : BFM Business