La consolidation des télécoms en Europe en pleine effervescence

La consolidation des télécoms en Europe en pleine effervescence

Tous les regards sont en ce moment braqués au Royaume Uni où le secteur des télécoms est en complète mutation. Le mouvement de consolidation avait été amorcé par British Télécom. Alors que ce dernier déposait son offre de rachat pour EE actuellement co-détenu par Orange et Deutsche Telekom, c’est un jeu de domino qui s’est amorcé. De fil en aiguille Hutchinson n’a pas souhaité rester spectateurs des négociations et a lancé une offensive sur O2 (filiale de Telefonica) en déposant une offre de rachat pour 13.55 milliards d’euros. Pour John Delaney du cabinet IDC, Vodafone, dispose d’un "vrai manque […] dans le fixe comme dans les contenus." Au Royaume Unis, l’ère étant au quadruple-play, Vodafone regarderait les dossiers de Talk Yalk, Virgin Média ou encore Sky. L’opérateur chercherait également à s’offrir Liberty Global, un câblo-opérateur présent dans plusieurs pays d’Europe.

En Espagne, Orange a déposé une offre pour s’offrir Jazztel, actuellement étudiée par les autorités compétentes. Le retour à trois opérateur est également sur le tapis Yoigo étant en vente, Telefonica et Vodafone-Ono peuvent en profiter. En Belgique, il serait question également d’un rapprochement entre Telenet et Mobistar, filiale d’Orange.
 
En Italie la question de la consolidation est également sur le tapis, là encore en vue d’un retour à trois opérateurs. Hutchinson, maison-mère de Three pourrait de nouveau lancer une offensive pour s’offrir Wind une fois qu’il aura achever son opération de consolidation britannique. En cas d’accord, l’Italie se retrouverait également à trois opérateurs avec Telecom, Italia et Vodafone. 
 
L’Allemagne et l’Irlande ayant déjà l’année passé pris ce virage, la question de la France reste toujours en suspend. Bouygues Télécom reste la cible privilégiée des analystes. Si ce dernier ne souhaite pas vendre, Free prétend qu’aucune consolidation ne se fera sans lui pour des questions concurrentielles. Il a déjà repoussé les avances de SFR-Numericable sur le dossier. Quant à Orange, cela fait maintenant plusieurs mois qu’il plaide pour un retour à trois opérateurs, s’annonçant prêt à participer à une opération de consolidation autour de Bouygues Télécom.
 
L’année 2015 est à peine entamée, qu’elle s’annonce déjà comme l’année de tous les changements dans les télécoms.
 
Source : Les Echos