Ondes électromagnétiques : le texte au Sénat ce soir, les écolos veulent en rajouter une couche…

Ondes électromagnétiques : le texte au Sénat ce soir, les écolos veulent en rajouter une couche…

A partir de 18h30, le texte de loi sur les ondes électromagnétiques doit être examiné par le Sénat. Déjà voté devant l’Assemblée nationale, le texte de loi avait déjà été raboté devant la commission des affaires économiques.

Le texte prévoit notamment l’interdiction de la publicité pour les moins de 14 ans sur les smartphones, l’interdiction des boitiers wi-fi dans les crèches et garderies, et "l’obligation de concertation et de transparence au niveau local" concernant le déploiement des antennes mobiles. 
 
En revanche le texte avait reculé devant l’assemblée nationale sur les écoles maternelles, le "principe de précaution" remplacé par le "principe de sobriété". L’abaissement du seuil maximal d’exposition n’avait également pas été retenu.
 
Ce texte avait déjà été jugé comme allant "contre l’innovation numérique". Bien loin de freiner les ambitions des écologistes, Ce soir, les sénateurs du parti EELV, tenteront d’aller encore plus loin et de remettre en selle certains principes encore plus protectionnistes. Ils souhaiteraient ainsi l’interdiction de la publicité indirecte des smartphone et tablettes. Selon le rapporteur Daniel Raoul, "l’interdiction porterait aussi sur les tablettes à usage pédagogique, alors que le ministère de l’Éducation nationale a annoncé des moyens supplémentaires pour développer le numérique dans les écoles."
 
Autre proposition des sénateurs, l’obligation pour les opérateurs de fournir des kit mains-libres adapté à la morphologie des plus jeunes.
 
Ils souhaitent également remettre au goût du jour l’interdiction des équipements Wifi dans les écoles maternelles et primaires sauf "pour les activités numériques pédagogiques."
 
Ces propositions rencontrent la vive opposition des sénateurs UMP. Les débats risquent d’être très vifs ce soir au Sénat pour discuter des différents amendements déposés.
 
Source : NextInpact