Haut Débit : il triple le débit de sa commune pour 10 €/mois

Si le déploiement du Très Haut Débit fait le bonheur des uns, d’autres en sont encore à réclamer la possibilité d’accéder au Haut Débit.
 
Si le projet France Très Haut Débit vise à réduire la fracture numérique en fibrant 100 % de la population sous 10 ans, d’ici à ce que tout le territoire soit fibré, la fracture explosera jusqu’à la fin des déploiements. En effet, les opérateurs commencent par les zones rentables, les zones denses déjà bien loties en débit.
 
En revanche, les zones moins denses ou rurales, c’est une toute autre histoire : les collectivités doivent se regrouper, monter un réseau d’initiatives public, trouver des financements pour des communes ou des communautés de communes qui ne roulent déjà pas sur l’or. Bref, c’est loin d’être gagné…
 
Certains commencent à s’impatienter. C’est le cas de Mehdi Bouteiller qui a décidé de prendre le taureau par les cornes ou plutôt le haut-débit par l’antenne.
 
Contractualisant avec un FAI alternatif Blue Network Technologies, il s’est occupé du Domaine de la Garenne, dans l’Hérault. Il a ainsi fait installer un pylône de 20 m de haut, relié par radio au réseau RIP fibre optique départemental Num’hér@ult, et permet à tous les habitants à 20 km aux alentours de bénéficier d’un débit de 6 Mbits, trois fois plus qu’avant.De quoi calmer l’animosité de tous les laissés-pour-compte dont il faisait partie ! Ce n’est pas du FTTH, mais pour beaucoup c’est déjà ça ! 
 
 Si le coût de raccordement de 100 € peut paraître onéreux et fastidieux notamment via l’installation d’une antenne 5 GHz et d’un câble de 20 m de long, l’abonnement pour avoir un meilleur débit est moins cher qu’une box classique. 10 €/ mois par abonné. Une somme dérisoire qui ne sert qu’à couvrir les frais de fonctionnement.
 
L’activité lancée par Mehdi Bouteiller est à but non-lucratif et fait des heureux. Cette initiative lancée depuis un an seulement tient déjà ses promesses. Mehdi annonce avoir même obtenu la validation de l’ARCEP pour lui attribuer le statut d’opérateur. Il promet ainsi de "s’occuper" d’autres zones mal loties dans sa région.
 
Source : Dégroupnews