Xavier Niel : « Barak Obama se retrouve obligé de copier ce qu’on fait chez 42 »

Xavier Niel : « Barak Obama se retrouve obligé de copier ce qu’on fait chez 42 »

Samedi, dans l’émission Europe 1 Week End, a été diffusée une interview de Xavier Niel à l’occasion du premier anniversaire de l’’Ecole 42. Xavier Niel a accepté de recevoir le journaliste Bruno DONNET à une condition : ne lui parler que de son école, et surtout pas de téléphonie. Outre le bilan de l’Ecole 42, Xavier Niel, fidèle à lui-même, a manié l’ironie en affirmant « Barak OBAMA n’a pas de personnalité. Il se retrouve obligé de copier ce qu’on fait chez 42 et ce qu’on dit chez 42 »
 
Découvrez la retranscription de cette interview
 
Bruno DONNET : Combien de demandes d’inscriptions avez-vous reçues pour votre école baptisée 42 ?
 
Xavier NIEL : Alors on a reçu 70.000 personnes, on leur a fait passer un test, et 20.000 sont allés au bout, et ont passé intégralement ce test qui dure presque 20h00 étalées sur plusieurs jours.
 
Bruno DONNET : Comment faites-vous pour former mille élèves tous les ans gratos ?
 
Xavier NIEL : On ne cherche pas à faire de la marge, on cherche juste à faire un beau geste et les aider. On va même plus loin parce qu’on les aide à trouver un logement quand ils n’en ont pas, on leur fournit des garanties pour avoir des prêts bancaires. Donc on va au bout pour qu’ils soient complètement indépendants et qu’ils arrivent à faire les années de scolarité tranquilles.
 
Bruno DONNET : Xavier NIEL, il y a un an vous disiez, on peut être nul à l’école et devenir un génie de l’informatique. Un an après, les premiers résultats que vous constatez au sein de votre école confirment-ils vos propos ?
 
Xavier NIEL : On a énormément de génies, des gens qui n’ont jamais touché un ordinateur de leur vie.
 
Bruno DONNET : Xavier NIEL, vous ne délivrez pas de diplôme. Qui va recruter les jeunes qui sortent de votre école ?
 
Xavier NIEL : On ne sélectionne plus sur le diplôme, mais sur le savoir-faire réel des gens. Une des vraies différences des entreprises modernes, c’est qu’ils veulent voir si ces jeunes savent faire, et ils se moquent du diplôme qu’ils ont.
 
Bruno DONNET : Le label NIEL, ça va suffire pour trouver du boulot ?
 
Xavier NIEL : Le label "Je suis passé chez 42, et j’ai subi un test dans lequel on était 70.000 au départ, on a été 900 de sélectionnés et j’ai galéré après trois ans à bosser comme un malade", je pense que c’est le meilleur critère du monde.
 
Bruno DONNET : Est-ce que des recruteurs se sont déjà rapprochés de vous au cours de l’année ?
 
Xavier NIEL : Alors on a beaucoup de recruteurs qui viennent. Alors ce que est fou, c’est qu’on a GOOGLE qui est déjà venu plusieurs fois. La NASA est venue voir les jeunes. PERNOD RICARD est venu voir, donc c’est toutes formes d’entreprises qui cherchent des gens qui savent produire du code informatique, qui sont déjà venus les draguer.
 
Bruno DONNET : Il y a quelques jours, la télévision américaine a diffusé un message de Barak OBAMA qui s’adressait à des enfants et qui leur disait en substance "Cessez de jour avec vos téléphones portables, programmez-les". La France est-elle en retard sur les Etats-Unis en matière de formation numérique ?
 
Xavier NIEL : Je vois que Barak OBAMA n’a pas de personnalité. Il se retrouve obligé de copier ce qu’on fait chez 42 et ce qu’on dit chez 42. Moi je suis assez content que les Etats-Unis nous suivent. C’est bien pour eux de suivre les bonnes idées qu’on a ici.
 
Bruno DONNET : Vous avez la grosse tête !
 
Xavier NIEL : Non, non. C’est notre modestie chez 42. On est très peu modeste, on forme les meilleurs développeurs informatiques et l’exemple viendra de France et ne viendra pas de la Silicon Valley.
 
Benjamin PETROVER : Voilà, le patron de FREE qui parle de tout, sauf de téléphonie.
 
Bruno DONNET : Il m’a promis qu’il viendrait vous en parler à vous quand ce serait le moment.