Orange Cinéma censure un film pour ne pas froisser un actionnaire du Monde

Selon l’enquête de nos confrères de Médiapart, la censure des financements des films d’orange Studio est monnaie courante depuis 2011. Des films emmenés par Mathieu Kassovitz (L’Ordre et la Morale), ou de Nicolas Hulot en ont fait les frais. L’ex-Directrice Générale d’Orange Studio, avait même fini par prendre le pli de renoncer directement à des films trop politiques : "on est par exemple venu me proposer un film sur une candidate à l’élection présidentielle et un film sur Karachi. Je savais qu’il m’était impossible de les produire",
 
Selon le journal, le départ de Frédérique Dumas, directrice générale d’Orange Studio est lié à la demande de la direction d’Orange de ne pas financer un film sur Yves Saint-Laurent. Ce dernier qui aurait déplu à Pierre Bergé, l’un des actionnaires du Monde, lequel publiait à cette époque des articles concernant l’affaire Tapie, mettant en cause Stéphane Richard, PDG d’Orange.
 
A la baguette on retrouve un des conseillers spécial de Stéphane Richard qui contacté par Médiapart dément puis reconnait que "si on peut s’éviter de se mettre Pierre Bergé à dos, c’est aussi bien." Il se défend néanmoins d’avoir fait passer les intérêts privés de Stéphane Richard avant ceux d’Orange Studio.
 
Quant au départ de sa directrice générale, Orange évoque des raisons juridiques et non l’entêtement de la directrice qui avait maintenu le financement d’Orange sur le film de Bonello sur Yves-Saint-Laurent. 
 
Source : Médiapart