Metro Parisien : syndicat et RATP ne sont pas sur la même longueur d’ondes

Metro Parisien : syndicat et RATP ne sont pas sur la même longueur d’ondes
Alors que les opérateurs Bouygues, SFR et Orange se sont engagés à fournir une couverture 4G dans le metro et le RER parisien d’ici la mi-2016, et que Free pourrait faire également une annonce prochainement sur le sujet, l’association Robin des Toits et Sud RATP viennent de porter le sujet des ondes éléctro-magnétiques dans les sous-sols de Paris.
 
Ces derniers craignent la surexposition aux ondes électromagnétiques dans le métro parisien. Selon les dernières mesures faites par la commission hygiène et sécurité, le syndicat et l’association de défense estiment que les relevés sont supérieurs au plafond imposé par la charte de Paris. Olivier Salson, référent ondes à la RATP a effectivement noté un "pic au cours d’un des quatre passages" et "une valeur moyenne entre deux stations à 0,9 V/m", mais il estime que ces mesures sont "très nettement en dessous des seuils réglementaires." qui tolèrent 41 à 61 V/m selon les technologies.
 
La charte de Paris prévoit un seuil de 5 V/m en 2G/3G et 7V/m en 4 G. Les Robins des Toits exigent depuis longtemps un seuil encore plus bas à 0,6 V/m en 4G, seuil qu’aucun pays dans le monde n’applique.
 
Malgré tout, Sud RATP et les Robins des Toits rappellent que les opérateurs vont densifier le réseau notamment en y ajoutant la 4G : " selon l’Agence Nationale des Fréquences, cela augmentera l’exposition de 50% en moyenne." Mais pour le référent ondes à la RATP s’il concède que le niveau d’ondes "augmentera", il estime qu’on "restera dans des proportions très inférieures aux seuils."
 
Avec 2500 points d’émission dans l’ensemble du réseau et 5000 d’ici la mi-2016, la RATP se veut rassurante, le métro ne se transformera pas en micro-ondes. 
 
Source : AFP