Les revenus des opérateurs plongent encore de 8% au 3e trimestre 2013

Les revenus des opérateurs plongent encore de 8% au 3e trimestre 2013
L’ARCEP publiait hier son Observatoire des marches des communications électroniques en France pour le 3e trimestre 2013. Il rélève entre autre une baisse globale du revenu des opérateurs et la poursuite de l’augmentation des services internet fixes et mobiles.
 
Concernant les revenus des opérateurs, l’ARCEP note une baisse de revenus généralisée au 3e trimestre 2013 de 3,1 % pour les services fixes et 13,8% pour les services mobiles par rapport au 3e trimestre 2012. La baisse de revenu des opérateurs sur le marché final est estimée à 8,2 % pour un revenu estimé à 9,3 milliards d’euros.
 
Au sein des services fixes (-3,1 %) si les revenus des accès au haut et très haut débit sont en augmentation (+1,7%), ces résultats sont plombés par les services fixes et à bas débit qui s’écroulent. Concernant le mobile, l’ARCEP note une baisse depuis plus de deux ans et un "repli" qui "s’est accentué au cours de l’année 2012 en raison des baisses de prix résultant d’une concurrence accrue sur ce marché."
 
 
 
Pour autant si les revenus baissent les communications et le nombre d’abonnement continue de croître. Si l’ARCEP relève une perte de 174 000 abonnements  à un service de téléphonie fixe, ce dernier est absorbé et largement compensé par une hausse des abonnements à un service internet fixe + 236 000 en un trimestre.
 
Concernant le dégroupage, l’ARCEP relève 204 000 lignes supplémentaires en dégroupage total pour 24 000 lignes de moins en dégroupage partiel, le tout en l’espace d’un trimestre.
 
Enfin concernant les abonnements mobiles, l’ARCEP note la poursuite de la démocratisation des services mobiles avec 726 000 clients mobiles supplémentaires.
 
A l’heure de la 4G et de l’augmentation des Fair Use le volume de données consommées continue d’augmenter significativement avec 40 286 To consommés (+5167 To en un trimestre) en augmentation de 58 % par rapport au 3e trimestre 2012. En revanche, le volume de SMS échangés se stabilise depuis la généralisation des SMS illimité ayant conduit à leur explosion(+20 à 30% en 2012) son volume n’a depuis augmenté que de 2 % par rapport au 3 ème trimestre 2012.