Quid du blocage des sites Allostreaming, Dpstream, Fifostream par Free ?

Quid du blocage des sites Allostreaming, Dpstream, Fifostream par Free ?

Le 28 novembre dernier, une procédure judiciaire engagée en 2011, conduisait à l’ordonnance par le tribunal de Grande Instance de Paris du blocage des sites sous la marque Allostreaming, Fifostream et DPStream.

L’ordonnance du juge indiquait que les Fournisseurs d’Accès à Internet disposait de 15 jours pour bloquer une vingtaine de noms de domaines pour une durée d’un an.
 
15 jours plus tard qu’en est-il chez Free ? Que ce soit en écrivant l’adresse dans la barre de recherche ou en notant l’adresse du lien dans le navigateur, l’ensemble des points d’accès aux sites incriminés ci-dessous a bien été bloqué par Free.
 
dpstream.tv, allostreaming.com, alloshowtv.com, allomovies.com, alloshare.com, allomegavideo.com, alloseven.com, allourls.com, fifostream.com, fifostream.net, fifostream.org, fifostreaming.com, fifostreaming.net,fifostreaming.org, fifostreaming.tv, fifostream.tv.
 
 Qu’il s’agisse de Google Chrome, Mozilla Firefox ou Internet Exploreur, les liens pourtant référencés sur Google sont morts.

 
Avec Internet Explorer, les sites demandés n’étant pas accessibles, la résolution du problème par explorer indique bel et bien que "le périphérique ou la ressource distante n’accepte pas la connexion".
 
 
Cette action en justice semble avoir fonctionné et avoir été appliquée par les FAI. Cette victoire n’est néanmoins pas parfaite, allostreaming.com est l’exception qui confirme la règle. Si le nom de domaine a bien été bloqué, Google Chrome a failli, le navigateur n’ayant pu accédé au site en a trouvé une déclinaison accessible :
 
 
La crainte de certains acteurs dans cette procédure de blocage. Lorsqu’on ferme un nom de domaine, il en pousse un autre. Si l’on fait fi de tous les sites qui se sont créés depuis deux ans, le site "allostreaming" s’est vu pousser une extension anodine lui permettant de conserver son site accessible :
 
Une victoire donc incomplète même si les FAI notamment Free ont appliqué la décision de justice.