Le “paquet télécom” : un danger pour les forfaits low cost ?

Le “paquet télécom” : un danger pour les forfaits low cost ?

A peine présenté, le "Paquet Télécom", alors que la Commission Européenne estime qu’il s’agit du "projet le plus ambitieux qu’elle ait proposé en 26 ans de réformes concernant le marché des télécommunications", commence déjà à faire tapage. En France, ni les opérateurs, ni le gouvernement, ni les associations de consommateurs ou de défense d’internet ne semblent se satisfaire de ces mesures.

D’après le cabinet Analysys Mason "les mesures présentées seront négatives pour les marges des opérateurs et leur effet combiné n’est pas positif pour l’investissement dans les réseaux fixes et mobiles."

S’attaquant très clairement aux marges des opérateurs en cas d’itinérance internationale (Roaming), Neelie Kroes , s’est également attaquée aux appels internationaux au sein de l’UE depuis un poste fixe. Le marché unique européens des télécoms se prépare et tout le monde panique, à commencer par l’UFC Que Choisir :

Pour l’association de consommateur, le texte est trop timoré. Ils craignent "une hausse du côut des abonnements des consommateurs et de fausser la concurrence en favorisant les accords entre gros opérateurs."

Des craintes confirmés par Analysys Mason qui juge "inévitable " une augmentation des tarifs nationaux pour compenser les pertes à l’international. Un expert du secteur a révélé ses doutes concernant la viabilité des forfaits low cost : "Free s’en sort avec les recettes engrangées en plus, appels à l’international, roaming et numéro spéciaux, je doute que le forfait Free Mobile à 2 € puisse résister à cette disposition."

Autre crainte formulée par l’association Quadrature du Net et relayé par l’UFC que choisir, la possibilité aux opérateurs de proposer des "services spécialisés" à qualité de service garantie. En somme de faire payer des services premium qui pourrait par exemple garantir la bande passante de Youtube. A ce titre l’UFC Que Choisir craint l’apparition d’un "internet à plusieurs vitesses : un accès de qualité pour ceux qui en ont les moyens, un accès de qualité médiocre pour les autres."

Si, selon les opérateurs, ce texte "n’est pas favorable à l’investissement et renforce la régulation consumériste, du côté de l’UFC Que Choisir on déclare "les consommateurs Européens comme les grands perdants du nouveau Paquet Télécom."