Le piratage Norvégien en chute libre sans Hadopi : un modèle pour la France ?

Entre 2008 et 2012 le piratage de biens culturels sur Internet a été réduit de 75 %, d’après une étude Ipsos pour la Sacem Norvégienne. L’ensemble des biens culturels sont touchés par cette baisse séries TV, films et musique.

Cette baisse de piratage ne s’explique pas par des sanctions à la pelle : ni d’Hadopi ni de riposte graduée, encore moins de coupures d’accès d’abonnés. Le recette miracle réside en une offre légale performante et une chasse aux sites illégaux.

Spotify, Wimp, Netflix et Lovefilm ont participé à cette baisse. 47 % des personnes interrogées ont affirmé utilisé régulièrement ces services de streaming légaux. 54 % d’entre eux avouent également payer des abonnements auprès de ces fournisseurs de contenus.

Cette offre est néanmoins soutenue par des possibilités de blocage des sites proposant des contenus illégaux, accrue. Depuis le 1er juillet, la loi permet de bloquer les sites de partages illégaux.

Seul point noir, le gouvernement peine à faire bloquer The Pirate Bay.

Un modèle qui pourrait donner l’exemple au gouvernement français toujours en panne d’inspiration sur le sujet