Didier Lombard (ex-France Télécom) voulait supprimer 22000 postes “par la fenêtre ou par la porte”

Si jusqu’à présent, l’ ex-PDG de France Télécom avait été mis en examen en 2012 pour harcèlement moral, c’est aujourd’hui une inculpation pour "mise en danger de la vie d’autrui" qui est souhaitée par les syndicats. 5 ans après la vague de suicide qui avait touché de plein fouet l’opérateur historique, c’est un document interne qui a été révélé mardi par Le Parisien :

Il s’agit de la version brute d’un compte rendu de réunion avec l’Association des Cadres de France Télécom de 2006 dans lequel Didier Lombard, alors PDG de France Télécom avait annoncé que sa présidence "sera un peu plus dirigiste que par le passé. C’est notre seule chances de faire les 22 000. En 2007, je ferai les départs d’une façon ou d’une autre, par la fenêtre ou par la porte." S’en était suivi une vague de 35 suicides entre 2008 et 2009. Pour Sébastien Crozier, du syndicat CFE-CGC, "ces documents sont la transcription de la violence sociale que nous avons vécue et c’est ca qui est nouveau."

D’après la secrétaire de la ACSED, chez qui les policiers ont retrouver le document, ses responsable lui auraient demandé de détruire la version originale du compte-rendu qui sera assoupli, oubliant le "par la fenêtre ou par la porte". Des propos que contestent les anciens dirigeants de France Télécom qui estiment que ces documents ne sont pas crédibles.