Dailymotion : des frictions lourdes de conséquences entre l’Etat actionnaire et Orange propriétaire

Mardi, Arnaud Montebourg s’est targué d’avoir mis son petit grain de sel dans l’échec des négociations entre Orange et Yahoo sur le dossier Dailymotion, estimant qu’il n’était pas question de laisser filer un des fleurons de l’industrie numérique française.

Si hier matin, le ministre gardait toujours espoir d’un accord satisfaisant et d’un partenariat " construit sur une base équilibrée, mutuellement bénéfique pour les deux entreprises". Mercredi soir Arnaud Montebourg annonçait même avoir refuser l’offre de Yahoo "en relation avec Pierre Moscovici", ministre de l’économie et des finances. Le ministre du redressement productif, célèbre adepte du "made in France", aurait même déclaré le 12 avril dernier, lors d’une réunion avec Yahoo et le PDG d’Orange : "Je ne vais pas vous laisser vendre l’une des meilleures start-up française. Vous ne savez pas ce que vous faites."

Des déclarations qui auraient d’après Les Echos, irrité,le PDG d’Orange, Stéphane Richard, "Dailymotion est une filiale d’Orange et non de l’Etat. C’est le groupe, sa direction et son conseil d’administration qui gèrent ce dossier !"

D’après le Wall Street Journal, les interventions répétées du ministre ont conduit à ce que le geant américain jette l’éponge.

Selon BFMTv, Orange serait toujours à la recherche d’un grand acteur américain et partirait dès la semaine prochaine faire la tournée de la Silicon Valley rencontrer Amazon, Apple, Facebook, Google ou encore Microsoft.

Bien qu’Orange certifie qu’il n’y a pas de conflit entre l’opérateur et l’état actionnaire, selon la député PS Karine Berger, ce désaccord pourrait coûter à Stéphane Richard sa place.