Jacques-Antoine Granjon (vente privée) : C’est unique au monde ce qu’a fait Free

Jacques-Antoine Granjon (vente privée) : C’est unique au monde ce qu’a fait Free
Jacques-Antoine GRANJON, le fondateur de Vente Privée, était l’invité de l’émission « des clics et des claques » sur Europe 1. Et celui-ci n’a pas tari d’éloges sur les succès de Free Mobile et de son ami Xavier Niel. Extraits :
 
Jacques-Antoine GRANJON : Au milieu de toute cette actu politique, entre Chypre et CAHUZAC, moi, je préfère parler des chiffres de FREE qui ont été annoncés par Xavier NIEL aujourd’hui. Finalement, derrière ces chiffres, souligner le succès de cette marque, le succès de cette opération sur le mobile qu’il a préparée pendant des années. Finalement, ce qui est difficile, c’est l’exécution, ce qu’il a mis en place au-delà du nombre d’abonnés, c’est ce que toutes ses équipes, toute l’énergie, l’intelligence a mis en place pour arriver à faire ce quatrième opérateur mobile, en un an et demi, avoir des millions et des millions d’abonnés et de faire marcher un réseau et de le faire comme il l’a fait, en faisant baisser le prix des télécoms. Moi, je dis bravo à ses équipes, bravo à Xavier ! C’est unique…
 
Intervenant : Mais vous êtes super copains !
 
Jacques-Antoine GRANJON : Oui, bien sûr, mais c’est unique au monde ce qu’il a fait ! Ça n’existe pas, il faut le dire ! D’abord, il a inventé le triple play, c’est unique au monde ce qu’il a fait. Il faut quand même le dire, qu’on a des sociétés françaises qui font des choses incroyables. Aujourd’hui, les résultats l’ont prouvé.
 
Bérengère BONTE : Vous aviez un doute, vu le marché saturé qu’on avait, sur ses chances de succès ?
 
Jacques-Antoine GRANJON : Il y a une conjoncture avec un marché, avec un oligopole qui maîtrisait quand même plutôt les prix. Brusquement, il y a quelqu’un qui va faire le trublion au milieu de tout ça et qui fait en sorte que tout le monde puisse téléphoner, en tout cas ceux qui le veulent, pour beaucoup moins cher, et tous les autres opérateurs s’y mettent ! Alors, avec toutes les conséquences que ça peut avoir, mais tout ça va s’aplanir…
 
Bérengère BONTE : Conséquences, vous voulez dire techniques, de qualité de réseau et autres…
 
Jacques-Antoine GRANJON : Tout ce qu’on nous fait croire que le réseau est moins bon, que ci, que ça enlève des investissements…
 
Bérengère BONTE : Ce n’est pas vrai ?
 
Jacques-Antoine GRANJON : Moi, je ne suis pas technicien de ça, mais je ne crois pas que ce soit vrai, non.