Le contrat d’itinérance permet bien de limiter le transit de Free Mobile, mais les problèmes pourraient être résolus prochainement

Le contrat d’itinérance permet bien de limiter le transit de Free Mobile, mais les problèmes pourraient être résolus prochainement
 
Depuis plusieurs mois maintenant, les abonnés Free Mobile d’Ile de France sont victimes de baisses de débit. Les causes de ce problème n’avaient jusqu’alors pas encore été déterminées, Orange et Free Mobile se renvoyant la balle.
 
Interrogé par Envoyé Spécial à ce sujet il y a quelques semaines Pierre Louette, le secrétaire général du groupe France Télécom Orange, affirmait que le contrat d’itinérance, qui est confidentiel, stipulait qu’Orange ne pouvait brider Free. Or, dans son avis concernant Free Mobile publié récemment, l’Autorité de la Concurrence a révélé une information passée presque inaperçue, mais qui permet de comprendre un peu mieux ce qui se passe.
 
Le paragraphe 213 explique que « Free a conclu avec Orange un contrat d’itinérance nationale d’une durée de six ans, qui court donc jusqu’en 2018 mais peut être dénoncé, dans certaines conditions, deux ans avant. L’accord prévoit un volume maximal de communications pouvant transiter par l’opérateur d’accueil. L’inclusion de la 3G dans le contrat ne répondait pas à une obligation réglementaire : elle a été souscrite sur une base purement contractuelle, dont le contenu n’est pas public. »
 
Contrairement à ce qu’affirme Orange, il y a donc bien une close qui stipule que les communications sont limitées arrivé un certain seuil. Des informations confirmées aujourd’hui par une note de l’analyste ODDO qui participait à une "réunion analystes" avec Free. 
 
Le contrat signé entre Orange et Free prévoit ainsi un maximum de communications, qui augmente avec le temps. Cette limite est par ailleurs différente à Paris et en province. Selon ODDO le seuil serait atteint à Paris en ce qui concerne la data, ce qui expliquerait donc les ralentissements subis par les abonnés sur cette zone. Ce seuil ne serait par contre pas atteint en province ainsi que pour la voix.
 
Des solutions pour voir enfin le bout du tunnel
 
Selon les éléments que nous avons obtenus, Free Mobile peut donc augmenter le seuil maximum des communications transitant par le réseau d’Orange, mais dans des conditions prédéfinies par le contrat d’itinérance. Cela explique pourquoi le problème de débit n’a pu être reglé d’un seul coup, mais devrait disparaitre au fur et à mesure des augmentations régulières du volume maximum. "Les problèmes sont liés à des limitations de capacité dans le contrat de roaming qui devraient trouver une résolution dans les prochaines semaines." explique ODDO
 
Mais Free Mobile ne compte pas que sur le contrat d’itinérance pour permettre une augmentation des débits. En effet, la Mairie de Paris ayant signé une nouvelle charte avec les opérateurs en octobre leur facilitant l’installation d’antennes à Paris et dans la proche banlieue, on peut espérer que Free parvienne à résoudre ce problème dans les prochaines semaines.
 
Enfin, Free Mobile a également annoncé qu’il allait lancer les femtocells cette année. Ces mini antennes 3G permettront de bénéficier d’un réseau 3G à l’intérieur des bâtiments et de ne plus passer par le réseau d’Orange. Une solution que l’opérateur pourrait mettre en place très rapidement maintenant.