Déploiement du réseau Free Mobile : L’ANFR publie l’observatoire des déploiements 3G/4G au 1er mars

Déploiement du réseau Free Mobile : L’ANFR  publie l’observatoire des déploiements 3G/4G au 1er mars
 
L’Agence Nationale des Fréquences vient de publier son observatoire des déploiement 3G et 4G au 1er mars 2013. A cette date, 37 475 sites sont équipés pour la 3G,dont 2348 pour Free Mobile (contre 2316 un mois plus tôt) et 1 099 pour la 4G en bande 2,6 GHz (dont 14 pour Free Mobile). Ce dernier chiffre ressort en hausse de 15% sur un mois. 145 nouveaux sites 4G (en bande 2,6 GHz) ont reçu un accord de l’Agence au cours du mois écoulé.
 
Observatoire des déploiements 3G
 
 
Observatoire des déploiements 4G
 
Pour la 3G et la 4G, l’observatoire indique le nombre d’antennes-relais qui ont reçu un accord de l’ANFR ainsi que le nombre d’antennes que les opérateurs ont déclarées en service auprès de l’Agence (après avoir obtenu un accord de l’ANFR, un opérateur doit mettre son installation en service sous 18 mois s’il ne veut pas perdre le bénéfice de cet accord). L’observatoire recense ces informations pour chaque opérateur de réseau mobile : Bouygues Télécom, Free Mobile, Orange et SFR.
Une distinction est faite en fonction de la bande de fréquence utilisée par l’installation radioélectrique :
  • Pour la 3G : entre UMTS 900 MHz et UMTS 2 100 MHz ;
  • Pour la 4G : entre les bandes 800 MHz, 1 800 MHz (refarming) et 2 600 MHz.
L’observatoire comporte enfin, pour chaque type de service (3G et 4G) et par bande de fréquences, le nombre de supports autorisés.
 
Exemple : sur un pylône sont installées une antenne-relais de SFR et une antenne-relais de Bouygues Télécom. Le service est de l’UMTS 2 100 pour chaque opérateur. Ce cas sera compté comme suit : « +1 » dans la colonne UMTS 2 100 pour SFR et « +1 » dans la colonne UMTS 2 100 pour Bouygues Télécom. En revanche, il ne comptera que comme un unique support supplémentaire.
 
Les colonnes « accord ANFR » décomptent tous les accords d’implantation délivrés par l’ANFR au 1er du mois considéré, déduction faite des abandons qui ont pu avoir lieu. Les sites qui font l’objet d’une simple déclaration, c’est-à-dire ceux qui présentent une puissance inférieure à 5W, ne sont pas comptabilisés.
 
Concernant les colonnes « en service », il convient de noter que, lorsque les opérateurs mettent en œuvre la 4G par le moyen de modifications techniques sur des stations 2G ou 3G déjà existantes et déjà déclarées en service, cette information n’a pas été répétée.
 
Enfin, les expérimentations 4G dans la bande 800 MHz ne sont pas comptabilisées car elles n’ont pas reçu un accord définitif de l’ANFR.
 
Merci à Pchelatruite