SFR porte plainte contre un de ses abonnés.

Le litige aura duré près de 2 ans. Début 2010, un client souscrit un abonnement Triple-Play. Au bout d’un mois il n’a toujours ni téléphone, ni internet, ni télévision. Il commence à passer appels sur appels au service client, sans succès. De mois en mois, "l’abonné" qui ne bénéficie d’aucun service est néanmoins prélevé de son abonnement. Il ne cède pourtant pas quand d’autres seraient tous simplement allé voir ailleurs : "j’appelais tous les jours pendant mes pauses de midi au travail. Parfois même je ne mangeais pas."

La tension monte vite d’un cran. Les demandes de l’abonné sans réponse se succèdent conduisant à des conversations téléphoniques de plus en plus violentes. Très vite la courtoisie et les mots doux, laissent place aux menaces et insultes, le tout pendant près d’un an et demi, sans que l’abonné ne voit pour autant la moindre solution se profiler. SFR l’a par contre mis en garde contre les conséquences des mots que l’abonné employait avant finalement d’intenter une action juridique. Le jugement a eu lieu ce lundi, l’homme a été condamné à 80 € d’amende et 150 € pour chacun des sept salariés insultés et 1 € pour l’atteinte à l’image de SFR, le tout en réparation du préjudice moral. 

A-t-il finalement eu internet ? Sera-t-il lui remboursé des sommes indûment versées à SFR pour un service non rendu ? Une note très salé pour l’accusé, victime sur le banc des prévenus. Prévenu il l’est, il ne faut pas chatouiller le service client de SFR.

 

Source : La semaine des Ardennes