Olivier Schrameck (CSA ) ou la soif de régulation de l’Internet

A peine entrée en fonction, le nouveau président du Conseil Supérieur de l’ Audiovisuel veut déjà faire bouger les lignes. Olivier Schrameck souhaite se pencher sur le dossier de VOD et l’Internet.

 

«plus que d’une volonté propre, il s’agit de l’évidence d’un constat le CSA doit élargir le
champ de ses compétences. L’institution doit adapter ses modes de régulation. Il lui faut se porter plus nettement encore vers les nouveaux secteurs de la communication audiovisuelle, des services de vidéo à la demande et d’Internet. »

 

Avant même le rapprochement CSA, Arcep, Olivier Schrameck semble intéressé par les missions de régulation. Pour Internet, il se prononce pour une approche « tout à fait différente des médias traditionnels. Je ne refuse pas par principe des adaptations qui se révéleraient utiles mais je n’ai pas l’approche générale d’un dérégulateur. »

 

Pour lui, ces questions doivent être posées sur le plan européens, voire international. Une annonce qui a fait vivement réagir Martin Rogard, vice-président exécutif de Dailymotion :

« Si le CSA nous cherche, il va nous trouver ! »

 

Olivier Schrameck, a néanmoins décidé de prendre le taureau par les cornes : 

 

«Je ne récuse rien a priori, il faut approfondir le sujet Je connais la sensibilité des acteurs de l’Internet qui redoutent que l’on bride leur liberté et que l’on restreigne leur potentiel dans un contexte de compétition internationale extrêmement aiguë.Je suis décidé à développer avec eux un dialogue constant et ouvert mais, l’intérêt du public, c’est la mise en place de moyens de contrôle aussi souples qu’effectifs.»

 

Source : Les échos