Neelie Koes (Commissaire Européen) défend l’internet limité et le choix du blocage des publicités

Dans une tribune publiée la semaine dernière dans Libération la Commissaire Européenne, Neelie Koes est revenu sur le conflit qui oppose Google à Free. Consciente de la complexité de l’économie de l’internet, la commissaire a clarifié ses positions en matière de blocage de publicité et des offres aux internautes.

Concernant le blocage de la publicité, Neelie Kores souhaite que le choix soit laissé à l’utilisateur :

"La semaine dernière, une polémique a surgi lorsque Free a bloqué la publicité sur les services internet transitant par sa Freebox. Les fournisseurs de contenu internet qui dépendent de la publicité pour proposer du contenu gratuit aux consommateurs étaient furieux. […]

Mon principe de base consiste à dire que les consommateurs devraient être libres de faire de vrais choix quant à leur abonnement à l’internet et à leur activité en ligne. Les contrats standard et les paramètres par défaut des services internet peuvent être pratiques et efficaces, mais ils sont soumis à des limites d’intérêt public, que ce soit dans la législation générale sur la protection des consommateurs ou dans des règles spécifiques. Par exemple, les consommateurs ont le droit, lorsqu’ils naviguent sur un site web, de choisir s’ils souhaitent utiliser des «cookies», qui pistent leur utilisation de l’internet. Ils devraient également comprendre les coûts et les avantages de leur choix […].

La Commission encourage depuis un certain temps le secteur de la publicité à faire en sorte que les utilisateurs se voient proposer un choix clair concernant les cookies, sur la base d’informations concises et digestes."

La commissaire Européenne compare le blocage de la publicité à un contrôle parental :

"Existe-t-il un intérêt public à ce que les parents disposent d’outils efficaces pour contrôler le matériel auquel leurs jeunes enfants peuvent accéder en ligne ? La plupart des gens répondraient oui, et l’Union partage ce point de vue. De même, la plupart des gens aimeraient pouvoir choisir de recevoir ou non de la publicité parallèlement au contenu et aux services en ligne, mais tant les consommateurs que les entreprises en ligne semblent ne pas vouloir laisser ce choix entre les mains d’obscurs paramètres par défaut."

S’agissant de questions de cette nature, transparence et contrôle effectif par le consommateur feront presque toujours partie de la solution."

Neelie Koes souhaite aujourd’hui que les offres internet soient différenciés avec la réapparition des offres d’accès internet limitées, plus différenciées et pour un prix moins élevé.

Selon elle les fournisseurs d’accès à internet ont un gros travail de lisibilité à accomplir :

 
" Cela ne signifie pas encore plus de pages dans votre contrat qui en compte déjà une centaine ! […]Les consommateurs doivent avoir un choix effectif quant au type d’abonnement internet qu’ils souscrivent. Cela veut dire une vraie clarté, dans un langage non technique. Doivent figurer les vitesses effectives dans des conditions normales et toute restriction imposée au trafic, ainsi qu’une option réaliste permettant de passer à un service «complet», dépourvu de telles restrictions. Un tel choix devrait également stimuler l’innovation et les investissements des fournisseurs internet. Je prépare actuellement une initiative de la Commission visant à garantir ce choix en Europe."

Une tribune qui fait déjà scandale sur Twitter…