Arrivée de Free Mobile : SFR envisage le scénario du pire.

Arrivée de Free Mobile :  SFR envisage le scénario du pire.

Dans le « livre II » communiqué aux partenaires sociaux dans le cadre du départ volontaires d’un millier d’emploi, SFR livre un constat alarmant de sa situation concurrentielle avec « Free Mobile ».

SFR tablerait ainsi sur une chute de son bénéfice net de 64% et de 42 % de son flux de trésorerieen quatre ans. Le groupe table sur baisse de son chiffre d’affaire de 12% à 15 % à 10.3. Le plan d’adaptation 2011-2015 ayant pour objectif de devenir un « Opérateur Numérique Engagé est fortement dégradé »

A l’origine de ses craintes la farouche concurrence et l’arrivée des offres Low Cost initié par Free Mobile. Pour la filiale de Vivendi, l’arrivée du 4 ème opérateur a provoqué « un cataclysme lourd de conséquence » pour Sfr qui n’hésite pas à dire qu’il en a perdu « tous les avantages compétitifs que le groupe avait jusqu’à maintenant. »
Sfr N’exclut pas que ces nouvelles offres atteignent 60% à 70 % du marché Français et un atteigne un point d’équilibre entre « les offres simples » et « les offres complètes » opposant ainsi les offres « Sim-Only » et les offres avec téléphone.

 
La « richesse d’offre de produits et services » est moins pertinente tout comme « la capacité d’innovation qui n’est plus un avantage compétitif dans la mesure où elle peut être répliquée rapidement ». Pour Sfr la compétition du marché du mobile n’est plus que une question de tarif. Selon eux même la maîtrise du réseau n’est plus un argument de poids a cause« des nouvelles facilités réglementaires d’accès à des réseaux tiers. » Cette référence concerne le contrat d’itinérance que Sfr dénonce notamment les « conditions financière mirobolantes » qu’ Orange fait profiter à Free.

 
Par tous ces chamboulements, le numéro 2 Français à peur de perdre sa place. La direction espère que le plan d’adaptation permettra  « d’améliorer sensiblement les équilibres d’exploitation de SFR » en espérant une stabilisation du marché des télécoms en 2014.
Sfr va néanmoins maintenir son plan d’investissement sur 1,4 milliards d’€uros par an.
Des éléments prévisionnels qui pourraient être remis sur la table des négociations si Vivendi se défait de SFR, les déclarations du président du directoire ce lundi n’ont sans doute pas rassuré ce previsionnel déjà peu optimiste.
 

Source : La tribune