Pour SFR « l’innovation ne constitue pas un avantage compétitif dans les télécoms »

La Tribune est revenu sur le plan de départ volontaire de SFR, suite aux propos de Fleur Pellerin dans l’émission « on n’est pas couché ».Les syndicats ont en effet montré leur désaccord avec de la Ministre à l’économie Numérique.
 
Les syndicats de l’opérateur expliquent dans cet article pourquoi SFR licencie, et cela n’est pas lié à l’arrivée de Free dans le mobile, contrairement à ce qu’affirmait Arnaud Montebourg. Pour l’intersyndicale s’agit « uniquement de garantir leur marge plantureuse » en citant l’argumentaire des dirigeants dans le livre 2 du plan : « la détérioration de la situation économique et financière de SFR, actif clé et jusqu’ici particulièrement contributif au sein du Groupe Vivendi, pèse lourdement sur la situation de Vivendi et sur la compétitivité du « Pôle Télécom ». Ceci explique à la fois la décision du Groupe Vivendi de revoir ses investissements dans le secteur des télécoms et de redresser la situation de ses activités françaises réunies sous sa filiale SFR par un plan de réorganisation majeur et urgent. » Les syndicats s’indignent ainsi que SFR « une des entreprises les plus profitables de France va supprimer plus d’un millier d’emplois dans le seul but de continuer à garantir un niveau de rentabilité hors norme à son actionnaire »
 
L’intervention de Fleur Pellerin à propos de SFR dans l’émission "On n’est pas couché"
 
 
Pour enfoncer le clou, les syndicats rappellent également qu’en 2007, « alors qu’aucun ralentissement économique ne le justifiait », SFR s’était « débarrassé » de 1.900 salariés en externalisant son service client. « Moralité, que le bénéfice de notre entreprise soit de 2 milliards ou qu’il soit de 500 millions d’euros, SFR a détruit, détruit et détruira des emplois en France, directement et indirectement. » 
 
Dans ce livre 2 du plan, où SFR explique sa stratégie, une phrase a de quoi étonner puisqu’il est indiqué que « l’innovation ne constitue pas un avantage compétitif dans les télécoms ». C’est pourtant l’innovation qui a permis à Free de devenir le numéro 2 français de l’ADSL, dépassant justement SFR. Avec le prix et le service, l’innovation est un élément différenciant important pour les opérateurs. Mais visiblement ce n’est pas ce que pense SFR. Les difficultés supposées de ce denier seraient peut être à aller chercher de ce coté là …
 
Source : La Tribune