Free Mobile envisagerait de vendre des forfaits avec terminaux subventionnés

Free Mobile envisagerait de vendre des forfaits avec terminaux subventionnés
Free estime que le subventionnement de mobile, tel qu’il est fait actuellement par les opérateurs historiques, est un crédit déguisé et en ce sens, il devrait respecter les mêmes contraintes légales que pour un crédit. C’est pour cette raison que l’opérateur a porté plainte pour concurrence déloyale contre SFR. Et c’est aujourd’hui que la justice se prononcera sur la légalité de cette pratique.
 
Mais dans le cas ou Free perdrait ce procès et qu’il ne pourrait donc pas interdire la subvention de terminaux, il pourrait lui aussi proposer ce type d’offres, selon les Echos. En effet, si cette pratique de subventionnement devait être confirmée par la justice, l’opérateur se priverait d’une part importante des clients qui préfèrent ce type d’offre. Xavier Niel « laisse entendre qu’il ne se sent pas lié ad vitam eternam par cette promesse qui l’empêche de séduire une bonne partie des clients. » précise Les Echos. « Tactiquement, ce serait intelligent de la part de Free de subventionner des terminaux ne serait-ce que pour Noël », souligne d’ailleurs un analyste financier
 
Coup de bluff de la part de Free ?
 
Même si Free a pu laisser entendre qu’il allait proposer des forfaits avec mobile subventionné, il pourrait également s’agir d’un coup de bluff de l’opérateur dans le contexte du procès et pour gâcher la haute saison de la subvention chez ses concurrents. Car cela changerait profondément son organisation. Les Echos expliquent que « la subvention représente en effet une « énorme logistique », pointe un concurrent : il faut acheter des millions de terminaux, alors que les ventes de Free se comptent vraisemblablement en dizaines de milliers. C’est d’ailleurs pour cette raison que Free n’est pas prioritaire dans le plan de livraisons d’iPhone 5, Apple servant d’abord ses plus gros distributeurs. « Pour constituer des stocks, il faut 300 à 400 millions d’euros de cash-flow », ajoute la même source dans Les Echos
 
Source : Les Echos