Plan social : SFR ne supprimerait finalement « que » 1100 postes

Plan social : SFR ne supprimerait finalement « que » 1100 postes

 
Mais au-delà du plan de départ volontaire, SFR cherche à se transformer pour coller à la réalité d’aujourd’hui. « D’opérateur de réseau, SFR doit devenir davantage un opérateur de services en recentrant tous les canaux de vente sur le Web » a expliqué un cadre au fait du projet. « Le numérique bouleverse le processus établi de la relation client et de la distribution, il faudra donc adapter tous les modes de distribution et les centres d’appels » rapporte, à La Tribune, un participant à l’une des réunions. « Nous serons les premiers à le faire, France Télécom mettra trop de temps à nous imiter »,  a ainsi lancé Stéphane Roussel, le patron de SFR. Et finalement, c’est ce changement de stratégie que SFR mettra en avant plutôt que l’impact de Free Mobile.
 
Une vente de SFR n’est pas à écarter
 
Le PDG de SFR a indiqué en interne qu’« une vente ou une fusion ne sont pas à écarter, surtout si GVT ou Maroc Télécom (autres filiales de Vivendi) ne sont pas cédées ». Les syndicats redoutent ainsi « « un deuxième effet kiss cool l’année prochaine, un deuxième volet à la rentrée 2013 selon le profil de celui qui nous rachète »
 
Dans cette optique de rachat, SFR veut aller vite et que tout soit réglé « avant l’assemblée générale de Vivendi, en juin 2013 » explique un délégué syndical à La Tribune. Le volontariat pourrait même être ouvert avant Noël, ce qui semble difficile pour les syndicats.