Free Mobile : Une plainte visant le secrétaire général de Bouygues Telecom

Free Mobile : Une plainte visant le secrétaire général de Bouygues Telecom

 
« Ces propos relatés par Les Echos s’inscrivent dans le cadre de la vive concurrence qui oppose les deux opérateurs de téléphonie mobile. "J’ai moi-même fait l’objet d’une plainte en diffamation de la part de Free Mobile, j’ai été entendu ce matin par la juge en temps que témoin assisté, en présence de mes avocats, mais je n’ai pas été mis en examen", précise M. Casas, joint jeudi soir. Le 8 mars, lors de la publication de ses résultats financiers pour 2011, Iliad avait prévenu, dans un communiqué de presse qu’’à compter de ce jour’, il ’attaquera en justice toute personne dénigrant la réalité de la couverture du réseau ou de ses investissements ».
 
La citation complète de Didier Casas est visible à cette adresse « l’Arcep a choisi de ne tirer aucune conséquence réglementaire de la décision de Free Mobile de ne pas investir dans un vrai réseau, qui rende un vrai service à ses clients. Si tout cela était confirmé, avec la notion nouvelle de réseau vide qui couvre, on pourrait désormais remplir les obligations de sa licence sans dépenser d’argent pour son réseau ».
 
Xavier Niel a précisé au Monde que "la plainte n’est pas dirigée contre un journaliste, mais contre les propos d’un concurrent. Par le passé, j’ai porté plainte contre Libération, ce qui a entraîné une interpellation violente de Vittorio de Filippis. Je n’ai tiré aucune fierté de cet épisode et j’ai arrêté avec ces bêtises. Dans le cas de l’article des Echos, il s’agit de concurrents qui tiennent des propos diffamants et agressifs."
 
Précisions, puisque Univers Freebox a été victime d’une histoire similaire : Orange avait porté plainte en 2009 pour des propos jugés diffamants de Xavier Niel. C’est l’article d’Univers Freebox, qui relatait dans une vidéo les propos de Xavier Niel, qui avait été indiqué à la justice par Orange (même si toute la presse avait repris les propos concernés). Dans ce cas, l’auteur de l’article avait également été mis en examen, et également le directeur de la publication (cf : Univers Freebox mis en examen par France Telecom / Orange)
 
Dans le cas présent, les propos jugés diffamatoires par Free ont été publiés uniquement dans cet article des Echos. Dans notre cas, cela était un peu différent puisqu’Orange a choisi volontairement de citer Univers Freebox alors qu’il aurait pu choisir d’autres sites ou de citer tous les articles qui reprenaient les propos de Xavier Niel, qui plus est, avaient été prononcés en public. Dans tous les cas, il est bien sûr regrettable que dans ce genre d’affaires, les journalistes soient également mis en cause alors qu’ils ne font que rapporter les propos d’autrui.
 
Source : Le monde
 
Merci à Brickrennes