Le Président de l’UFC-Que Choisir « indigné » par le rapport parlementaire “anti-Free”

Le Président de l’UFC-Que Choisir « indigné » par le rapport parlementaire “anti-Free”
C’était prévisible, les associations de consommateurs ne pouvaient approuver le rapport de la députée PS Corinne Erhel, qui estime que la nouvelle concurrence induite par l’arrivée de Free mobile est une mauvaise chose pour l’économie. Sur son blog, le Président de l’UFC-Que Choisir, Alain Bazot, s’est ainsi dit « indigné par cette version des faits à laquelle je n’adhère en aucun cas »
 
Selon le rapport parlementaire « l’arrivée de Free en janvier dernier serait un drame pour l’industrie et l’emploi… » résume Alain Bazot, qui constate que  « quand on examine la liste des personnalités auditionnées pour le rapport, ces conclusions étonnent beaucoup moins : on ne trouve quasiment que les syndicats et les opérateurs ! De consommateurs, point. »
 
Et de s’interroger « A l’arrivée, on cherche une nouvelle fois à nous faire croire que la concurrence est le pire des maux, et cela sans jamais se poser les bonnes questions :
-Où va l’argent économisé par les consommateurs ? Chez des fabricants de terminaux importés ?
-Où va l’argent des opérateurs, qui ont massivement investi dans leur réseaux en réaction à l’arrivée de Free (introduction de la DC-HSPA -3G+- et de la 4G) ? Chez des fabricants d’équipement étrangers ? Tiens donc ! 

Et on voudrait nous faire croire que tout cela est la faute de Free, que c’est à cause de ce dernier si nos opérateurs historiques lancent des abonnements mobiles incluant un nouveau portable (importé) tous les ans ? Si les opérateurs préfèrent les équipements « réseaux » du chinois Huawei à ceux du franco-américain Alcatel Lucent ? 

Mais qui peut croire à cette fable ?»
 
Pour Alain Bazot, le discours de Montebourg est le même que celui de Sarkozy qui était défavorable à l’arrivée d’un nouvel opérateur. « Le prix le plus bas n’est pas forcément le meilleur » expliquait le Président de l’époque.