La Fédération Française des Télécoms appelle à la réforme.

La Fédération Française des Télécoms tire la sonnette d’alarme après l’annonce de la baisse du chiffre d’affaire de 2 % entre 2010 et 2011 des opérateurs qu’elle représente ( Free est un des rares opérateurs à ne pas en faire partie). Une baisse de chiffre d’affaire que la FFT explique par un excès de taxe, une sur-réglementation et une sur-concurrence des offres « low cost ».

Face à ce constat la Fédération Française des Télécoms propose 3 axes prioritaires d’actions :
 

  • Assurer et favoriser l’effort d’investissement dans les infrastructures télécoms d’avenirs ( 4G, fibre optique…)

La Fédération Française des Télécoms demande à l’état de stimuler la demande de très haut débit en accordant une incitation fiscale à l’installation pour les nouveaux abonnés.

  • Equilibrer les conditions de concurrence et de négociations entre les opérateurs et les géants de l’internet.

La FFT plaide pour un allégement de la fiscalité spécifique au secteur (Cosip, Taxe Télécom, TST…). Elle demande par ailleurs un élargissement de l’assiette fiscale aux différents acteurs de l’internet (Taxe « google »…)
 

  •  La création de filières numériques françaises autour des opérateurs Télécoms.

La FFT souhaite la création de pôles numériques organisés autours des opérateurs Télécoms favorisant le développement des PME innovantes. Elle souhaite également le développement de programmes de formation des techniciens et ingénieurs et la valorisation des métiers du secteur numérique. 

 

La Fédération Française des Télécoms souhaite désormais que le gouvernement et l’Union Européenne statue sur ses propositions.

 

Découvrez l’étude de la FFT :