Arnaque aux Smartphones : les opérateurs s’inquiètent

Arnaque aux Smartphones : les opérateurs s’inquiètent

 
Si la pratique est bien sûr illégale, elle n’est pas très compliquée à mettre en place. Il suffit par exemple de fermer son compte bancaire une fois le Smartphone en sa possession, ou plus simplement de mentir sur son identité. Sur certaines gammes de Smartphones, jusqu’à 15 % des ventes seraient délictueuses. « Tout dépend de l’importance de la subvention, c’est-à-dire de la différence entre le prix du téléphone nu et celui du téléphone attaché à un forfait », explique le cadre d’un opérateur. Et pour quelques centaines d’euros, les opérateurs auront bien du mal à récupérer leur du, puisqu’ils ne peuvent pas envoyer d’huissiers à travers toutes la France.
 
Pour se protéger de ces arnaques, les opérateurs ont mis en place de nouveaux contrôles. Orange, pour sa part, prend l’empreinte de la Carte Bleue des nouveaux abonnés. Et fin juillet, SFR a mis en place un système dit d’offre de remboursement : le tarif affiché de l’iPhone 5 est de 189 euros, mais l’acquéreur doit effectuer un premier paiement de 339 euros et se fait rembourser 150 euros par SFR deux mois plus tard.
 
Plusieurs raisons expliquent le développement de ces arnaques : l’arrivée d’opérateurs low cost sans engagement, la banalisation des commandes sur internet où les contrôles sont moins aisés, mais aussi le prix très élevés des Smartphones dans un contexte de crise économique. Les Echos indiquent également que Free ne fait, lui, pas partie de Preventel, la base de données inter-opérateurs qui recense les impayés. Ainsi, un abonné fiché chez Preventel ne pourra souscrire chez un autre opérateur, sauf chez Free qui est toujours en pourparlers pour en faire partie. Mais même Preventel n’est pas vraiment un frein à cette arnaque, puisqu’il suffit de changer d’opérateur avant d’être fiché ou encore de prendre un abonnement sous un autre nom.
 
Source : Les Echos