Le CSA autoriserait le rachat de Direct 8 et Direct Star par Canal Plus mais impose ses conditions

 

Selon Le Point, le CSA ne s’oppose pas au rachat de Direct 8 et Direct Star par Canal Plus mais impose des conditions drastiques. Nous vous en informions, le CSA a été sollicité par l’autorité de la concurrence et a examiné mardi après midi les conditions d’un éventuel rachat des chaînes de Bolloré par le groupe Canal +.

 
Ainsi Le Point a pu prendre connaissance de l’avis déterminant qui sera transmis dans quelques jours. Mais rien n’est gagné pour la chaîne cryptée car les sages de l’audiovisuel redoutent l’entrée de la puissante chaîne payante sur la TNT gratuite. Même si l’arrivée de Canal + pourrait bousculer TF1 et M6, le CSA ne s’oppose pas au rachat. Le nouvel entrant pourrait enrichir les contenus audiovisuels disponibles sur les 19 chaînes numériques terrestres et renforcer la concurrence sur le marché de la publicité.

 
Lors de leur audition devant le CSA, les responsables de Canal Plus ont annoncés que Direct 8 verrait son coût de grille multiplié par 3 pour atteindre 120 millions d’euros ici 2015 pour une part d’audience attendue de 4%. En ce qui concerne la deuxième chaîne encore détenue par Bolloré, Direct Star, les perspectives de croissances sont faibles du fait de son positionnement musical.

 
En somme, le CSA ne s’oppose pas au rachat mais pose des conditions drastiques. La première idée du CSA consiste à imposer deux centrales d’achat distinctes, l’une pour les chaînes gratuites et l’autre pour les chaînes payantes afin de casser l’effet de levier de Canal +. Une équipe d’acheteurs serait dédiée à Direct 8 et Direct Star. Les deux centrales d’achat de droits obéiraient à des règles de gouvernance distinctes. A cela, le CSA veut imposer d’autre freins comme dissocier la comptabilité de Direct 8 et Direct Star à celle de Canal + afin que Canal + ne finance pas les deux chaînes de la TNT. De plus, le CSA veut que les chaînes gratuites soient rattachées à Vivendi plutôt qu’à Canal +…