Hervé MAUREY “regrette que France Télécom sacrifie une fois encore les territoires ruraux”.

Hervé MAUREY  “regrette que France Télécom sacrifie une fois encore les territoires ruraux”.

Hervé Meurey, le sénateur connu pour son engagement en faveur du déploiement du très haut débit en France regrette que « France Télécom sacrifie une fois encore les territoires ruraux ».

 

Dans son dernier communiqué de presse, le vice président de la commission du développement durable, des infrastructures, de l’équipement et de l’aménagement s’inquiète de l’arrêt du programme de l’opérateur historique visant à améliorer l’accès à internet notamment dans les zones rurales. 

 
En septembre 2010, France Télécom avait mis en place un programme de neutralisation de ses multiplexeurs qui devait, selon les annonces de France Télécom, « permettre à plus de 99% des français d’avoir accès à l’ADSL en 2013 ». France Télécom prévoyait d’investir 60 millions d’euros pour 86000 lignes. Dans le cadre d’un plan d’économie récemment mis en place, France Télécom a décidé d’arrêter ce programme. Ainsi, le sénateur a adressé une lettre a Pierre LOUETTE, secrétaire général de France Télécom où il a exprimé son très vif mécontentement.

"Je voyais dans ce programme une évolution attendue et positive, bien qu’encore insuffisante" écrit le sénateur de l’Eure pour qui "les espoirs suscités par les annonces de France Télécom en matière de multiplexeurs laissent place aujourd’hui à la déception, pour ne pas dire la colère des élus et des habitants de nos territoires qui, une fois de plus, se sentent sacrifiés par l’opérateur historique".

 
"Cette annonce est d’autant plus incompréhensible pour les élus et les habitants des déserts numériques que le groupe France Télécom – détenu à plus de 25% par l’Etat et le Fonds Stratégique d’Investissements- doit verser près de 9 milliards d’euros de dividendes à ses actionnaires pour 2011, et compte en verser près de 8 milliards pour 2012 si j’en crois les annonces faites le 22 février dernier" a-t-il précisé.

 
Conscient de la tension que fait peser sur France Télécom, l’arrivée d’un nouvel opérateur sur le marché de la téléphonie mobile, Hervé MAUREY refuse cependant "que les économies s’opèrent, une fois encore, au détriment des territoires ruraux. Ceux-ci ont en effet un besoin vital d’une véritable couverture numérique pour développer ou maintenir leur attractivité et leur qualité de vie".