Le CNNum demande à être consulté au sujet de la répression pénale pour la consultation des sites extremistes


Le conseil national du Numérique a demandé au chef d’Etat d’être consulté sur sa proposition de réprimer pénalement la consultation de sites faisant l’apologie du terrorisme.

 
Lors d’une déclaration en date du 22 mars 2012, faisant suite à la tragédie de Toulouse et Montauban, le Président de la République a proposé que toute personne qui “consultera de manière habituelle des sites internet qui font l’apologie du terrorisme ou qui appellent à la haine et à la violence” soit punie pénalement.

Le Conseil souhaite que la participation des acteurs de l’internet à la lutte contre toutes les formes de cybercriminalité s’inscrive et soit conciliée avec un certain nombre de principes comme ceux de proportionnalité ou de liberté d’expression et de communication.
Le CNNum a adressé un courrier au Président de la République afin de l’alerter sur la nécessité, avant tout débat parlementaire, que la mesure envisagée puisse faire l’objet d’une expertise par le CNNum. Ce dernier pourrait, à l’aide d’une consultation des divers acteurs (en particulier les autorités de police et de gendarmerie et la société civile), permettre de clarifier la mesure et ainsi s’assurer d’une conciliation entre les divers droits et libertés en présence.

 

Le CNNum a demandé à ce que cette saisine puisse s’effectuer rapidement afin de permettre d’organiser une large consultation et discussion avant la réouverture de la session parlementaire à la fin du mois de juin.