Stéphane Richard explique sa stratégie pour le déploiement du très haut débit

Stéphane Richard explique sa stratégie pour le déploiement du très haut débit


Lors de son audition face aux députés, Stéphane Richard est également revenu sur le déploiement de la fibre optique. Les élus s’inquiètent des éventuelles difficultés rencontrées entre les collectivités locales et les opérateurs privés.

Le PDG d’Orange a décrit son entreprise comme « le champion de l’économie française ». Orange investit chaque année 13 milliards d’euros dans le monde. « France Télécom a construit tous les réseaux et bientôt la 4G » s’est-il félicité. Orange totalise un investissement de 2,6 milliards d’euros en France soit 1,6 % de l’investissement français. « Concernant la fibre, d’ici 2020, 3600 communes seront raccordée pour une couverture de 60% de la population et un investissement de 2 milliards d’euros » a commenté Stéphane Richard.

 
Au sujet de la préoccupation des élus c’est-à-dire la couverture des territoires, le PDG de l’opérateur historique a répondu qu’il faut trouver une articulation entre les opérateurs privés, les collectivités et l’Etat. « Il faut rechercher des convergences et des mutualisation entre les opérateurs privés, les collectivités locales et l’Etat » a-t-il expliqué.
Il est également revenu sur le contexte du déploiement. En 2009, le cadre réglementaire ne convenait pas à l’opérateur d’où sa décision d’arrêter le déploiement du très haut débit. Depuis, les projets sont relancés mais le déploiement est colossal. En termes de chiffres, Stéphane richard a annoncé 150 millions d’investissements directs entre 2010 et 2011, 300 à 350 millions d’ici 2012 et 400 à 500 millions d’euros pour 2013.

 
« Il est essentiel pour Orange de réussir le développement de la fibre car c’est le réseau du futur » a assuré Stéphane Richard. Orange ne compte donc pas baisser ses investissements dans le cadre du développement du très haut débit.
Concernant les relations entre Orange et les collectivités, il a convenu qu’il fallait aller plus à la rencontre de celles-ci car personne n’a les moyens de faire un réseau tout seul. Ainsi, il s’est félicité d’avoir passé un accord de mutualisation avec Free, SFR et Bouygues.

 
Pour conclure, Stéphane Richard a expliqué que pour le développement de la fibre, "France télécom jouera un rôle central par ce que c’est son histoire" tout en insistant sur le fait qu’"Orange ne veut pas recréer un monopole avec la fibre". Enfin, le développement du très haut débit en France n’est pas simple et se fera de façon pointilliste avec l’ensemble des acteurs. «A l’évidence, il faudra couvrir certaines zone par d’autres moyens comme le satellite ou le VDSL » a-t-il expliqué.