Free Mobile “veut créer du désir”

Free Mobile “veut créer du désir”
A chaque journal, son dossier sur Free Mobile. Le magazine Challenges, dans sa version papier, s’est, lui, intéressé à la façon dont s’y est pris Free pour faire monter le buzz. Et en ce domaine, l’élève, Xavier Niel, semble bien avoir dépassé le maitre Steve Jobs. La stratégie a été, comme pour la Freebox Révolution, celle du secret d’Etat. Un modèle bien différent de celui utilisé jusque là. Pour exemple, l’équipe de Free n’hésitait pas auparavant à faire monter l’équipe d’Univers Freebox au 5ème étage du siège, là où se trouvent les développeurs. On avait ainsi pu voir plusieurs mois/années avant son lancement, une grande partie de la Freebox HD. C’était beaucoup moins vrai pour la Freebox Révolution et ca ne l’est plus du tout pour Free Mobile.
 
Mais visiblement, cette nouvelle stratégie est la bonne puisque le buzz n’a jamais été aussi important, ce qui enrage les concurrents de Free, qui dénoncent cette campagne de publicité gratuite. Pour Xavier Niel, dans le Nouvel Observateur, c’est par ce que Free Mobile « crée du désir », ce que ne savent pas faire les autres opérateurs. Pour le fondateur de Free, ce sont les appareils comme l’iPhone que veulent les abonnés chez Orange ou SFR, pas de prendre un abonnement chez eux.
 
Et pour créer le désir, Xavier Niel sait y faire, avec un savant mélange de formules chocs et de silences. Pour relayer cette stratégie, écrit le Challenges, Free peut compter sur sa forte communauté. De nombreux sites spécialisés se sont ainsi créés comme freeiphone.fr, freemobileactu.com, freemobileandroid.fr, freemobileasso.com, forfaitfree.com, etc. Cette communauté est forte également de « gros » sites en terme d’audience, comme Univers Freebox, qui a notamment ouvert un espace à Nancy pour aider les Freenautes, rappelle Challenges, un an avant la première boutique Free à Rouen. Le magazine cite également la carte interactive http://couvertue.3g.free.fr, où chaque Freenautes peut « déclarer » les antennes de l’opérateur.
 
« Comme Steve Jobs le faisait, Xavier Niel a pris garde de n’informer qu’un nombre infime de personnes autour de lui de la date précise de lancement et des détails de l’offre. Du coup, tous les analystes et concurrents distillent leurs prédictions." écrit Challenges, qui conclut par « La montée du désir est tout un art… »