Xavier Niel : « Tout est OK, tout marche ! »

Xavier Niel : « Tout est OK, tout marche ! »
A quelques jours du lancement de Free Mobile,Le Nouvel Observateur, dans sa version papier, a rencontré Xavier Niel, au flamboyant nouveau siège de Free. L’occasion pour le fondateur de Free de faire quelques confidences sur Free Mobile. « Techniquement, nous respectons tous les critères exigés par l’administration » affirme-t-il. Et d’annoncer que depuis mi-octobre, des salariés du groupe ont joué les beta-testeurs en utilisant exclusivement le réseau Free Mobile. Quant au réseau, Free Mobile est bien allé plus vite que ne lui imposait l’ARCEP en couvrant ainsi 30% de la population à la mi-novembre. Le reste de la population sera couverte grâce à l’accord d’itinérance signé avec Orange, « le meilleur des trois pour les données » souligne Xavier Niel. Ce dernier est formel : « Tout est OK, tout marche ! ». Et sur un réseau utilisant du matériel Nokia haut de gamme, fabriqué en Europe, et non du made in China comme le dénonçait ses concurrents
 
Le Nouvel Observateur rapporte que Xavier Niel a l’air plus que confiant dans son succès. Il a ainsi assuré que son risque d’échouer était inexistant. Et pourtant, durant 10 ans, personne ne voulait de cette quatrième licence mobile, pas même les groupes étrangers. Tous estimaient qu’ils ne pourraient pas en tirer de profit. « Même si je ne prends que 5% du marché, cela fera 1 milliard de chiffre d’affaires, et cela me suffira pour couvrir mes frais » précise Xavier Niel. Et quand on lui fait remarquer que Free Mobile ne dispose pas de service marketing comme ses concurrents, il répond « c’est inutile, si on fait des offres simples et facilement comparable, à base d’illimité. »
 
Xavier Niel n’hésite pas non plus à tailler ses concurrents. « On ne veut pas faire le maximum de profit, mais faire un profit juste, par ce que c’est notre ADN. Rien ne me fera plus plaisir que bouleverser le marché. Le fondateur de Free ne croit pas aux formules comme hybrides de type Neo « plus on mélange, plus le consommateur y perd ». Et d’ajouter « On maintient la promesse de départ : on va diviser tous les prix par deux ! Sosh et BandYou sont conçus pour protéger les marques principales d’Orange et Bouygues Télécom. C’est une défense naïve, car c’est toujours l’opérateur le moins cher qui attire les autres vers son prix. Pourquoi les consommateurs accepteraient-ils de payer plus cher pour le même service ? ». D’ailleurs les analystes d’Oddo Securities expliquent que les marges des offres Sosh et B and You sont égales à celles des autres formule. Ca laisse de la marge à Free Mobile….