L’arrivée de Free Mobile va-t-elle marquer la fin des terminaux subventionnés ?

L’arrivée de Free Mobile va-t-elle marquer la fin des terminaux subventionnés ?


Jusqu’à présent, la plupart des forfaits sont vendus avec un mobile. Très souvent renouvelés par un système de points ou un renouvellement d’engagement, la pratique du subventionnement des terminaux pourrait disparaitre.

 
Selon Les Echos, l’émergence des offres low-cost et l’arrivée de Free Mobile qui proposera certainement un système de financement à crédit du mobile pourrait changer la donne. Le temps de la commercialisation d’un terminal en dessous de sa valeur est-il fini ? Au regard de la situation du marché mobile, les choses évoluent. Les opérateurs baissent leurs prix, intègre un système de fidélité ou proposent des forfaits sans mobile. Avec certaines offres, en conservant son mobile, les abonnés peuvent bénéficier d’un forfait moins coûteux.

 

Le levier prix va-t-il devancer l’attractivité high-tech, le standing, les performances et les nouvelles fonctionnalités proposées par les constructeurs ?
On peut estimer que d’ici un an, les abonnés se contenteront de leur terminal "dépassé", dissociant ainsi l’offre de télécommunication et son outil comme le veut l’Arcep. Une hypothèse qui pourrait être fausse tant la durée de vie des mobiles est éphémère sur le plan de la robustesse et de l’innovation et qui pourrait faire le jeu des équipementiers.

 

Une chose est pratiquement sûr, l’évolution de la considération de la valeur du téléphone mobile, directement liée à la somme qu’il faudra débourser pour obtenir un nouvel équipement va s’opérer. Pour illustrer l’évolution de la valeur des terminaux mobiles, le quotidien présente 4 grandes typologies de comportements :

-   Le technophile, sensible aux nouvelles technologies économisera surement sur le forfait pour profiter des dernières nouveautés. Il continuera donc a alimenter le marché du neuf

-   Le pragmatique regardera surement à deux fois avant de renouveler son équipement et attendra surement la fin de vie de son appareil.

-   Le débrouillard va lui participer à la naissance d’un second marché, il revendra son mobile pour en acquérir un autre.

-   Le technophile pragmatique ira surement chercher son terminal en Asie pour profiter des nouvelles nouveautés sans éventrer son porte monnaie.

 
Source : Les echos