En Italie, les enchères 4G explosent


Trois opérateurs ont remporté le pactole de la 4G italienne. Ils ont dépensé au total 2,9 milliards d’euros pour les fréquences de la bande 800 Mhz dites en or. Telecom Italia, Wind et Vodafone ont remporté la première phase des enchères et ce n’est pas finit puisqu’il reste les fréquences additionnelles (1800, 2000 et 2600 MHz). Au total, la 4G italienne pourrait atteindre 3,718 milliards d’Euros.

 
En France les premières enchères de la 4G ont été cédées pour 936 millions d’euros à Orange, Free, SFR et Bouygues Télécom alors que l’Etat en attendait 700 millions. Reste les fréquences les plus recherchées, la bande des 800 MHz qui seront ouvertes le 15 décembre prochain et commenceront au prix de départ de 1,8 milliards d’euros.

 
Mais il faudra encore attendre pour profiter de la 4G, du haut débit mobile. Free Mobile a obtenu 20 MHz dans la 4G sur l’appel d’offre des fréquences mobiles 2600 MHz permettant ainsi au quatrième entrant de proposer ses services de téléphonie mobile à un plus grand nombre d’abonnés et de développer rapidement une offre 4G.

 
Concernant ce lot, les 2,6 Ghz sont tout à fait désignées pour les grandes villes puisque la très haute fréquence permet de diffuser avec puissance sur un périmètre réduit. Cela dit, pour couvrir le territoire français, la bande des 800 Mhz s’avère nécessaire. Cette dernière diffuse des ondes longues et permettent de mieux desservir le territoire.

 

[MàJ] La LTE dans son mobile :

Les premiers mobiles 4G feront rapidement leur apparition en France, et l’adoption de la 4G serait probante d’ici 2014. Certes l’ensemble des licences seront attribuées d’ici janvier ou février 2012 et la fin de la TV analogique laisse le champ libre aux fréquences.

 

Au delà de l’attribution des fréquences, il faut que les opérateurs développent leur réseau. A priori, Free devrait être l’un des premier opérateur mobile à gagner cette course compte tenu de la jeunesse et de la compatibilité de son réseau. Et sauf surprise, les opérateurs devraient exploiter encore la 3G durant quelques années avant d’utiliser leurs nouvelles fréquences pour la 4G.

 
Source : L’informaticien