TNT : Les pouvoirs publics tenteraient de priver Canal + de sa chaîne bonus

TNT : Les pouvoirs publics tenteraient de priver Canal + de sa chaîne bonus


D’ici début septembre, le sort du Canal 20, la chaîne bonus de Canal + sur la TNT devrait être jeté. Le président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, Michel Boyon, mandaté par le gouvernement à ce sujet va remettre son rapport.

 
D’après La Tribune, Canal + recevrait un avis négatif pour des raisons multiples. Les pouvoirs publics seraient plus sensibles au discours de TF1. D’autant que la chaîne cryptée n’a pas bonne presse vis-à-vis du CSA du fait de sa position dominante dans la TV payante. Cela coincerait aussi du côté de l’Elysée « qui serait mécontent entre autres des « Guignols » et de la ligne éditoriale d’iTélé » note La Tribune.

 
Mais voilà, empêcher ce projet n’est pas si facile compte tenu que la loi accorde la mise en place d’une chaîne bonus à compter du 30 novembre. Une loi qui suscite les foudres de Bruxelles qui a envoyé une mise en demeure à la France au sujet du cadeau gouvernemental fait aux chaînes privées françaises (TF1, M6 et Canal+) pour l’extinction de la TV analogique.
Au niveau légal donc, rien n’empêche la création de la chaîne Canal 20.

 

Pour contourner cet obstacle, les pouvoirs publics pourraient changer la loi : une solution difficile à mettre en œuvre avant le 30 novembre. Le CSA pourrait aussi récupérer le dossier et lancer des appels à candidature pour de nouvelles chaînes TNT. En contrepartie, TF1, M6 et Canal perdraient leur chaîne bonus. Une solution consensuelle puisque elle permettrait à l’ensemble des chaînes d’être candidat. Cette dernière solution ne serait pas recommandée dans le rapport du CSA selon La Tribune.

 
Enfin, la dernière solution serait d’imposer la norme DVB-T2 pour la diffusion de tout nouvelle chaîne TNT, y compris les chaînes bonus. Hic, aucun foyer n’est équipé d’un démodulateur capable d’intégrer cette nouvelle norme. Cette solution est facile à mettre en œuvre puisqu’elle est soumise à la publication d’un arrêté technique changeant la norme. Attention tout de même, l’accord de Bruxelles est nécessaire. La dernière solution est soutenue par Eric Besson.

 
Source : La Tribune