Indice des prix du mobile : Les tarifs ont baissé entre 2006 et 2009

Indice des prix du mobile : Les tarifs ont baissé entre 2006 et 2009
L’ARCEP vient de publier le premier indice mesurant l’évolution des prix des services mobiles en France. Cet indice concerne les Orange France, SFR et Bouygues Télécom sur la période 2006 à 2009.
L’ARCEP indique qu’elle a "souhaité disposer d’un indice des prix des services mobiles. L’objectif poursuivi est de pouvoir mesurer, avec une méthodologie adaptée au marché français et partagée par l’ensemble des acteurs, les évolutions de prix et permettre ainsi plus de transparence sur le marché mobile en rendant publiques ces évolutions. "
 
Une baisse des prix de 2,8% en moyenne annuelle entre 2006 et 2009
 
La dépense minimale est stable pour le marché dans son ensemble : cela implique donc que l’augmentation des volumes sur la période est compensée par une baisse des prix pour les consommateurs. Celle-ci a été de 2,8% en moyenne annuelle de 2006 à 2009.
Cette tendance moyenne masque cependant des évolutions contrastées : les utilisateurs de gros forfaits ont bénéficié de baisses des prix supérieures à cette moyenne alors que les plus petits consommateurs (qu’ils soient utilisateurs de cartes prépayées ou de forfaits) ont vu les prix diminuer faiblement voire augmenter sur l’ensemble de la période.
 
 
Plusieurs facteurs sont déterminants dans la baisse des prix 
 
L’intensité de consommation : les gros consommateurs de forfaits ont bénéficié pleinement de la baisse des prix grâce à l’apparition de forfaits incluant des appels supplémentaires ou illimités dans certaines plages horaires ; au cours de la période, les prix des forfaits souscrits par ces clients ont diminué de 9,1% en moyenne annuelle alors que les prix des services mobiles ont baissé de seulement 2,7% pour les petits consommateurs détenteurs de forfaits ; de plus, les petits consommateurs ont subi une augmentation des prix en 2009 (+1,8% par rapport à 2008) 
 
La répartition temporelle des appels : les consommateurs téléphonant en majorité le soir et le week-end ont bénéficié d’une baisse des prix deux fois plus importante (-10,6% en moyenne annuelle) que ceux dont la consommation est répartie de façon plus homogène ou en majorité pendant la journée (respectivement -4,9% et -4,6% en moyenne annuelle pour ces deux profils) ; la structure des offres des opérateurs explique cette disparité : les communications supplémentaires ou illimitées des offres d’abondance étant utilisables le soir et le week-end, les consommateurs appelant plus fréquemment dans ces plages horaires sont avantagés.
 
Augmentation des prix pour les cartes prépayées
 
Les clients détenteurs de contrats prépayés ont, quant à eux, vu le prix des offres légèrement augmenter (+1,0% en moyenne annuelle). Cet accroissement des prix provient essentiellement de réductions de la durée de validité de certaines cartes prépayées.