Hadopi : 400 000 premiers avertissements mais sans coupure !


Selon Le Figaro, la haute Autorité a envoyé environ 400 000 avertissements depuis son lancement en octobre 2010. Au mois de décembre, quelques 70 000 courriels d’avertissement avaient été envoyés.

 
Au final, l’objectif de la Hadopi d’envoyer près de 10 000 mails par jour n’est pas atteint alors que les ayants droits fournissent environ 50 000 adresses Ip par jour. Force est de constater que l’exécution de la riposte graduée est plutôt rudimentaire. «Les procédures restent lourdes», explique Mireille Imbert Quaretta, la magistrate supervise la réponse graduée contre le téléchargement illégal. Environ «3500 personnes» ont été prises en flagrant délit de réitération et ont reçu une lettre recommandée, a-t-elle confirmé à la rédaction du quotidien. «Le système est rustique, peu automatisé. Une sorte de 2 CV», se justifie-t-elle. Aujourd’hui, les lettres recommandées sont envoyées manuellement… Un nouveau logiciel devrait être bientôt installé pour automatiser au maximum les procédures.

 
Quant à la petite dizaine d’irréductibles qui ne tiennent pas compte des avertissements de la Haute Autorité, ils sont susceptibles d’êtres envoyés devant le juge qui pourrait ordonner la coupure de la connexion internet pendant un mois. Mais voilà, selon les magistrats de la Hadopi, la plupart des gens pris en troisième réitération ne savent même pas qu’ils sont dans l’illégalité. La commission de protection des droits s’est rendue compte que des fichiers illégaux téléchargés il y a des années devenaient disponibles au partage dès lors que l’on installe un logiciel de peer to peer. De ce fait, la Commission a décidé d’entendre les personnes incriminées.

 
Selon Mireille Imbert Quaretta, les magistrats n’ont pas trouvé de téléchargeurs forcenés. La Hadopi a donc « définitivement un rôle pédagogique à jouer » conclut-elle.

Sur cette dernière, l’Autorité de lutte contre le piratage lance sa première campagne publicitaire grand public qui présente des adolescents qui deviendront des auteurs avec le slogan « la création de demain se défend aujourd’hui ». Cette campagne de sensibilisation est accompagnée du lancement du label certifiant les sites légaux. Il s’agit de « Pur », Promotion des usages responsables. A ce jour, trois sites ont été labélisés « Pur ».

 

Source : Le Figaro