L’Etat lancera à la fin du mois de mai les enchères pour la 4G


Les enchères pour les licences de téléphonie mobile de quatrième génération (4G) seront lancées fin mai en France et seront soumises à un plafond d’achat pour préserver la concurrence, a déclaré aujourd’hui Eric Besson lors de l’ouverture du colloque de l’Arcep, le régulateur français des télécoms.

 
Le ministre de l’Industrie et de l’Economie numérique a ainsi précisé le calendrier qu’avait laissé entrevoir le président de l’Arcep Jean-Ludovic Silicani, les fréquences devant donc être attribuées avant la fin de 2011.

 
Eric Besson a dit avoir saisi la Commission du dividende numérique et la Commission des participations et des transferts, qui permettront de trancher la question du prix de réserve qui sera fixé pour ces enchères, dont l’Etat espère dégager quelques deux milliards d’euros de recettes.

 
Un plafond de 15 mégahertz s’appliquera à chaque opérateur dans l’achat de fréquences, a ajouté le ministre, dans le cadre de ces enchères destinées à mettre en vente, au travers de quatre lots, 30 mégahertz au total.
Des sources proches du dossier avaient indiqué à Reuters en avril que les concurrents d’Orange faisaient front commun pour demander que l’Etat les protège lors des enchères, de peur que l’opérateur historique, plus riche, ne rafle la mise pour conforter son leadership.
Une fois un tel plafond introduit, la question serait de savoir s’il n’est pas placé trop haut pour être réellement protecteur, avaient alors souligné des intervenants.

 
L’attribution de ces fréquences de future génération jouera un rôle déterminant dans le paysage concurrentiel des télécoms français. Des experts estiment ainsi que certains opérateurs pourraient disparaître si la concurrence était bridée.

 
La technologie 4G, future génération des réseaux télécoms mobiles, doit permettre des débits plus rapides, sur fond d’explosion du trafic, de généralisation des smartphones et du développement des usages vidéo et de téléchargement sur les portables.
Les quatre opérateurs français Orange, SFR (groupe Vivendi), Bouygues Telecom et Free (groupe Iliad) – qui va faire son entrée dans le mobile en 2012 grâce à sa licence 3G récemment remportée -, peuvent en théorie se porter candidats pour les nouvelles fréquences.

 
Source : Reuters